Déjà minces, les chances de retrouver le corps du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, assassiné le 2 octobre dernier à Istanbul après être tombé dans un guet-apens au Consulat saoudien, viennent de prendre un sacré coup. En effet, selon une récente enquête menée par Aljazeera, le corps du dissident aurait été brûlé.

Si beaucoup pensaient d’abord que Jamal Khashoggi avait été décapité puis jeté dans les canalisations stambouliotes, la vérité serait bien différente. Selon Al-jazeera, le corps du journaliste aurait en fait été brûlé directement dans un four, situé dans les jardins du consulat saoudien, soit à une petite centaine de mètres à peine, de l’endroit où Khashoggi aurait été vu vivant pour la toute dernière fois. 

Dans les faits, la crémation complète du corps aurait duré trois jours. De véritables morceaux de viande auraient été disposés un peu partout sur le grill afin de faire disparaître les traces et l’odeur de la chair en fusion. Un ouvrier ayant préféré garder l’anonymat aurait d’ailleurs confirmé à la chaîne que ce four pouvait atteindre assez facilement les 1,000 degrés.

Une hypothèse déjà avancée par la Turquie

Une hypothèse déjà avancée par les responsables turcs qui, depuis l’assassinat avéré du journaliste, mènent une enquête minutieuse. Ces derniers ont récemment inspecté les locaux du consulat et ont découvert une goutte de sang, dissimulée derrière une couche de peinture, passée à la suite des terribles événements du 2 octobre.

Analysé, le sang parlera et il sera alors confirmé que la goûte retrouvée provenait directement du corps du journaliste. À l’époque, un rapport de police laissait d’ailleurs entendre que le consulat disposait, dans son jardin, de deux puits, et d’une chaudière à gaz et à bois, susceptible d’être assez puissante pour permettre de faire disparaître un corps et toute trace d’ADN. Après enquête, ces conclusions pourraient donc apporter leur lot de vérité.

La famille espère connaître la vérité

Bien évidemment, la famille attend les conclusions officielles de l’enquête, elle qui, pour le moment, n’a pas vraiment reçu d’explications concernant la mort de Jamal Khashoggi. Ses filles, interrogées par la presse américaine il y a quelques mois, espèrent toutefois que son héritage perdure le plus longtemps possible. Un deuil véritablement compliqué à gérer, mais qui pourrait bien devenir un peu moins pesant une fois le déroulé des événements sera enfin connu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom