La demande de levée de l’immunité du député Mohamed Atao Hinnouho est conforme à la loi fondamentale. C’est ce qu’on retient de la décision Dcc 19 084 de la Cour constitutionnelle en date du 28 février 2019. La haute juridiction répondait à un recours de l’honorable Atao Hinnouho. Celui-ci voulait qu’elle déclare contraire à la constitution la demande de levée de son immunité parlementaire faite par le procureur général près de la cour d’appel de Cotonou.

Après analyse de la requête, la Cour a estimé qu’il n’y a pas violation de la Constitution. La décision s’étend également aux députés Valentin Djènontin et  Idrissou Bako, qui ont aussi perdu leurs immunités parlementaires.

Sur le transfert du  député Atao du Cnhu à la prison civile de Cotonou

Dans un autre jugement (Décision 19 083), la Cour constitutionnelle s’est prononcée sur le transfert du député Mohamed Atao Hinnouho du Cnhu à la prison civile de Cotonou le 13 mai dernier. Selon le requérant, M Robert Mathieu Fiouvi le procureur de la République a violé le droit à la santé du malade en ordonnant au régisseur de la prison civile de Cotonou de  le déposer alors qu’il était interné en psychiatrie au Centre national hospitalier Universitaire Hubert Maga de la même ville.

Le requérant soutient d’ailleurs que le procureur n’a pas pris préalablement l’avis du médecin traitant et de M Atao. Après analyse de la requête, la Cour a estimé que le député Atao Hinnouho avait été arrêté dans le cadre d’une procédure judiciaire de flagrant délit. Vu son état de santé il a été conduit au Cnhu où il a reçu des soins.

Dans ces conditions ne peut pas reprocher au procureur de la République et au régisseur de l’avoir déposé à la prison civile de Cotonou après son départ du Cnhu. Il n’y a donc pas lieu de parler d’une violation de la constitution selon les sept sages de la haute juridiction.

Voir les commentaires

2 Commentaires

  1. Commenter :merci beaucoup.je suis fier de toi. Le benin est la cour du roi petaud avec une opposition du ventre. On les connais. Dans le passé , et aujourdhui , Ils cuisent “Mon maïs d’abord. ” !

  2. Deux sujets de réflexion à l’attention des forumistes..

    1..tous ceux qui font des recours..devant la cour de l’avocat du parrain…contribuent à donner…une crédibilité à cette cour des miracles….
    le mieux..c’est de les ignorer..et trouver..une autre alternative…puisque ici..il a confusion du genre
    en effet cette dite cour..est le démembrement de l’exécutif

    2..Une opposition crédible..doit avoir…qu’un chef..
    le multi céphalisme…actuel…est une faiblesse…dont le pouvoir utilise..

    Soit c’est yayi,ou soglo,ou azanai….

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom