Le président américain a subit un  revers ce mercredi sur sa politique étrangère. Le Senat très républicain a voté une résolution visant à le contraindre à arrêter son soutien à l’Arabie Saoudite dans sa guerre au Yémen. L’Arabie Saoudite y combattant les rebelles Houthi soutenus par l’Iran. Un vote de défiance motivé par la crise humanitaire au Yémen ; mais surtout par le scandale de l’affaire Kashoggi.

Une part belle à La Chambre des Représentants

Après le vote des sénateurs ; latitude serait donné à la Chambre des représentants de donner son accord. Une friandise pour la Chambre à majorité Démocrate, où cette résolution ne pourrait que par extraordinaire ne pas être adoptée. Le vote de défiance du Sénat, trouverait pour une large part, selon la presse américaine, dans la manière timorée dont l’administration de Donald Trump aurait traité le meurtre de Jamal Khashoggi. Son attentisme voire son ‘’hypocrisie’’ dans la gestion de ce dossier, le président tentant par tous les moyens de préserver ses relations avec Ryad, aurait grandement contrarié les membres du bloc des Républicains.

En outre, une escalade du conflit depuis 2015, aurait entraîné une crise humanitaire sans précédent dans le pays. 14,3 millions de personnes considérées comme étant dans un besoin aigu, environ 3,2 millions nécessitant un traitement pour la malnutrition aiguë; avec deux millions d’enfants de moins de cinq ans et plus d’un million de femmes enceintes et allaitantes, selon le rapport 2019 des Nations Unies sur l’état des besoins humanitaires pour le Yémen.

Un outrage à commandant

Pour la maison blanche cette résolution serait selon les médias nationaux, décevante. Et le Président n’aurait pas manqué de signifier aux représentants de son parti sa volonté ferme d’apposer un veto à la résolution. Dans un communiqué officiel, la Maison Blanche aurait déclaré que cette résolution tendrait à saper l’effort américain de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme dans la région et que par ailleurs la résolution sur le  Yémen,  «outrepassait la détermination du président en tant que commandant en chef ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom