Sylvain Akindes fulmine encore après l’interdiction des marches de l’opposition à Abomey-Calavi et Parakou. Dans post publié sur sa page Facebook hier lundi, l’ancien ministre du régime Kérékou a balayé du revers de la main les raisons évoquées par les deux collectivités locales pour interdire ces mouvements d’humeur.

“Les arguments avancés sont ridicules”

« L’organisation et le déroulement des manifestations du lundi dernier (11 mars) à Cotonou ont montré qu’il s’est agi d’une véritable marche pacifique. On comprend mal les allégations des maires d’Abomey-Calavi et de Parakou, tous les deux potentiels candidats aux législatives. Les arguments avancés sont ridicules. On a vite fait, avec raison de les attribuer à la panique de devoir affronter les candidats de l’autre camp » écrit-il. A l’en croire, c’est une preuve supplémentaire de la « possible duplicité du camp présidentiel ». Pour rappel, le maire de Parakou avait interdit la marche de l’opposition au motif qu’elle violait les mesures de maintien d’ordre.

4 Commentaires

  1. On peut même interdire de faire campagne, les comptes seront réglés dans les urnes et la ruse doublée de la rage n’auront que les yeux pour constater les dégâts ?Un pouvoir qui arrive par les marchés et les mercredis colorés en rouge souffrent énormément de la contradiction et c’est dommage. Ceux qui critiquaient sauvages hier avec les mensonges les plus acerbes trouvent maintenant que c’est très difficile d’être critiqués? Le fauteuil présidentiel recevaient tellement les œufs pourris qu’il est difficile maintenant de s’y maintenir avec toutes les saletés d’entre temps.

    • Moustapha Patrice AHOUNOU, toi tu m’as tué avec ton commentaire. C’est à croire que ton bâton est prêt à abattre tout sur ton passage.

    • Et toi, le jeune fringant, ne demande qu’à trouver une place quitte à raconter n’importe quoi pour plaire.
      Tchikoiii!

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom