L’Office Central de Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants (OCRTIS) au Niger a mené une vaste opération qui a débouché sur le démantèlement d’un important réseau clandestin de fabrication de médicaments. Cet énorme coup de filet de la police nigérienne a permis de saisir différentes sortes de produits qui étaient destinés au marché local et à l’exportation.

Le phénomène des médicaments prohibés est un problème de longue date au Niger, malgré toute la bonne volonté des premières autorités, les réseaux clandestins continuaient de proliférer. L’ordre des pharmaciens du Niger, monte régulièrement au créneau, pour dénoncer la présence sur le marché de faux médicaments, qui peuvent se révéler extrêmement nuisible pour la santé de l’homme.

10 tonnes de médicaments saisies

Les médicaments saisis par la police nigérienne, sont constitués en grande partie de vitamines, d’aphrodisiaques, d’un poids total avoisinant 10 tonnes. Ces différentes substances, sont en grande partie des décoctions provenant de plantes, qui ont été embouteillés dans des conditions ne respectant pas du tout les normes d’hygiène. Selon les données de l’Organisation Mondiale de la Santé, les décès liés à la prise de faux médicaments sont en augmentation surtout dans les zones ne disposant pas de structures sanitaires adéquates. Le marché nigérian est particulièrement lucratif pour les réseaux clandestins au Niger.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom