Une histoire exceptionnelle que celle de Plaxedes Dilon. Cette veuve de 71 ans alors que son pays est terrassé par un violent cyclone qui a laissé dans son sillage une multitude de sans abri et de démunis ; n’aurait pas regardé à sa propre indigence et aurait parcouru à pieds la longue distance séparant sa maison du centre de collecte pour donner ce qu’elle avait, tout ce qu’elle avait.

Loading...

Parabole De la Veuve généreuse

Selon la presse zimbabwéenne, dame Plaxedes Dilon, connue sous le sobriquet  de Gogo Magombo, est vendeuse de vêtements de son pays, faisant dès l’aube de longues distances pour écouler sa marchandise. Elle venait de rentrer chez elle dans le bloc C, d’un logement social dans la banlieue de Harare, après une longue journée de vente, quand elle entendit parler de la catastrophe. « J’ai immédiatement emballé les vêtements et les vestes que j’avais achetés précédemment pour les revendre et j’ai porté mon sac à Star FM le lendemain matin », a-t-elle déclaré.

Écumant à pieds les 17 km qui séparaient son domicile du centre de collecte de Église presbytérienne des Highlands à Harare, où des volontaires coordonnent les secours pour les milliers de déplacés du cyclone Idai. Pour cette veuve c’était un devoir chrétien ; « il est écrit dans Matthieu 25, verset 45, que «quoi que vous ayez fait à mes plus petits frères, vous me l’avez fait » citait Mme Dilon avant de préciser que la Foi chrétienne ne devrait pas faire de favoritisme.

Une générosité récompensée

Le geste de Mme Dilon, médiatisé par le centre de collecte a ému tout un peuple et notamment, Strive Masiyiwa, magnat des télécommunications et considéré par la presse locale comme l’homme le plus riche du pays. Sur sa page Facebook, l’homme d’affaire déclarait que l’acte de compassion de Dilon était ; « est l’un des actes de compassion les plus remarquables que j’aie jamais vu », annonçant tout de go que « Quand ce sera fini, je la retrouverai et l’inviterai à venir me voir, si possible. Ensuite, je passerai du temps en prière avec elle. Ensuite, je lui construirai une maison où elle voudra au Zimbabwe. Il aura l’énergie solaire et l’eau courante, une allocation mensuelle de 1 000 dollars à vie ».

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom