Dans un post publié sur sa page Facebook il y a plus d’une heure, Kemi Seba s’est attaqué au gouvernement béninois qu’il accuse d’exclure « des partis d’opposition en vue de gagner sans appel les élections ». Pour lui, le régime actuel « cherche à terroriser ses opposants politiques plutôt que de (les) battre sur le terrain « des idées ».

Le PPB a senti “le roussi des kilomètres à la ronde”

Son parti, le Parti Panafricaniste Béninois avait déjà dès le départ délaissé la participation aux élections législatives cette année,« sentant le roussi des kilomètres à la ronde ». L’homme dit avoir décidé, avec les membres de sa famille politique, d’organiser les candidats en vue des municipales. Il invite le peuple à « rejoindre son parti sur le terrain pour préparer urgemment l’avenir du Bénin et de l’Afrique». « Notre Parti est en cours de structuration pour les échéances de l’année prochaine » fait savoir Kémi Séba qui prend déjà ses mesures au cas où le régime actuel tentera de le mettre hors jeu.

« Il y a de grandes chances que le régime refuse de nous accorder une existence légale, chose qu’il a faite pour l’écrasante majorité des Partis politiques traditionnels Béninois. Que chacun sache que cela ne nous empêchera pas de présenter d’autres candidats lors des échéances politiques prochaines sous d’autres étiquettes s’il le faut » a-t-il déclaré. Kemi Séba a par ailleurs demandé au gouvernement d’éviter des menaces contre son organisation, de même que les harcèlements et criminalisations des actions d’Urgences panafricanistes.

11 Commentaires

  1. SEBA Grand Merci, tôt ou tard tu seras président du BENIN nouveau
    On réussira
    Ami et frère de KEMI SEBA le seul qui pourra sauver le BENIN

  2. Mais cher(es) autorités ne laissez Mr TALON nous vendre sinon comment dans un pays on peut aller aux élections sans opposition . Moi je ne suis pas du tout d’accord pour ces actions toxiques.

  3. KEMI SEBA, il faut balayer devant sa porte avant de vouloir donner des leçons aux autres.
    Le combat contre le colonialisme commet par l’instauration chez soit d’un système permettant au peuple de s’exprimer librement.

    Quel crédibilité peut avoir un béninois aujourd’hui pour donner des leçons aux autres, s’il ne se distingue pas dans le combat contre l’arbitraire qui s’implante chez lui???

    Oui, pour lutter contre le colonialisme et le CFA, mais la luttre contre le despotisme qui s’installe au Bénin d’abord !!!

  4. “Napoléon1” Tu crois vraiment que “les gens” n’ont pas compris ? Il sera toujours temps d’analyser les dérapages successifs qui ont été tolérés, mais de mon point de vue, la responsabilité – hormis celle du pouvoir en place lui même – en revient à la classe politique qui dès les interdictions des syndicats estudiantins, le déboulonnage des maires et les entraves à la liberté de la presse et restée aveugle, toute à son égoïsme et ses intérêts propres.

  5. Ce que les gens ne comprennent pas, c’est que laisser Talon faire ces élections de cette manière-là et avoir un parlement soumis à lui c’est de plonger le Pays dans un univers de parti unique.

    • Tout a fait. Mais malheureusement bcp n’arrivent pas á au dela du bout de leur nez. Ils ont été muselé par quelque cfa. J’ai discuté avc certains jeunes qui apparemment vivent dans un monde imaginaire, car ceux ci me disent qu’ils aiment le PR car il s’habille bien 🤨🤨🤨 ahurissant

  6. Ce que les gens ne comprennent pas, c’est que laisser Talon faire ces élections de cette manière-là et avoir un parlement soumis à lui c’est de plonger le Pays dans un univers de parti unique. Car pense-t-on que le ministère de l’intérieur qui n’a pas délivré un soi-disant certificat de conformité aujourd’hui le délivrérait en l’avenir, quand un parlement soumis lui aura voter encore toues les lois scéllérates pour empêcher les autres partis exclus. C’est pourquoi tout doit être fait pour que les élections n’aient pas lieu

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom