Le mythique joueur de Basketball, Earving ‘’Magic’’Johnson, meneur pour le club américain de NBA, les ‘’Los Angeles Lakers’’ pendant 13 saisons et président des opérations du club depuis février 2017 ; annonçait ce mardi, sa volonté de démissionner de ses charges dans le Club afin a-t-il dit de retrouver une vie plus heureuse. Une annonce qui de l’avis de la presse sportive a stupéfié le monde du Basketball américain.

Un départ douloureux….

La saison des Lakers ne fut pas brillante, le club avait échoué à se qualifié pour les play-offs net sa course pour le titre s’arrêtait net face aux  ‘’Nets’’ de Portland. Et selon la presse sportive américaine, déjà les échos de grands bouleversements se faisaient entendre, Luke Walton, l’entraîneur en Chef se ferait remercier. Cependant le bouleversement fut tout autre quand face aux journalistes invités pour l’occasion le président des Opérations et stratégies, très méli-mélo, annonçait son désir de se retirer de tout engagement vis-à-vis du Club.

« (…) J’ai dû prendre une décision, et c’est difficile. Ma situation me va. Je suis heureux. Je veux faire ce que j’ai l’habitude de faire, et j’ai pesé le pour et le contre, et j’estime que c’est ce qu’il y a de mieux pour moi » déclarait Magic Johnson. Une annonce coup de théâtre de l’avis de la presse américaine, car rien ne présageait d’une telle décision de celui qui avait passé l’essentiel de sa carrière sportive aux Lakers, d’abord comme joueur et ensuite comme entraineur et enfin comme président des opérations. Mais explique Johnson ; « J’étais plus heureux quand je n’étais pas président. Je veux retrouver le plaisir, et revenir celui que j’étais avant ce boulot ».

Soufflant à la presse qu’il y aurait une possibilité pour lui de reprendre son costume d’ambassadeur pour la NBA ou encore d’être le coach psychologique de la star américaine des cours de tennis Serena Williams. C’est que Magic Johnson, aurait une solide réputation de philanthrope et de conférencier ‘’ motivateur’ ; défenseur de la prévention du VIH / sida et de la sexualité sans risque, la déclaration publique de son statut sérologique positif au VIH en 1991 aurait fortement contribué à lever des amalgames et à déstigmatiser les personnes atteintes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom