Le mouvement des gilets jaunes a fortement fait vaciller le pouvoir d’Emmanuel Macron. Ce mouvement inédit était le symbole d’une profonde fracture au sein de la société française. Une partie des Français en avaient marre de leurs conditions de vie qui devait intenable et ils avaient perdu confiance en leurs dirigeants. Pour calmer la colère des manifestants, de nombreuses propositions ont été faites par l’exécutif français.

Loading...

Emmanuel Macron a mener plusieurs consultations pour faire ramener le calme dans son pays. Afin de rétablir un climat de confiance entre le pouvoir et les citoyens, Emmanuel Macron a initié un grand débat national pour évoquer les difficultés du pays et trouver des solutions pérennes. Ce Lundi, le premier ministre Édouard Philippe était au Grand Palais de Paris, pour faire un premier bilan du grand débat national.

“Nous voulons une VIe République”

Au cours de son discours, le locataire du palais de Matignon a fait un résumé des thèmes qui ont été abordés lors du marathon du grand débat national. Il a reconnu que l’heure n’est plus aux tergiversations et qu’il faut actionner des politiques audacieuses pour le bien être de la population française.

Durant son allocution, le Premier ministre a été brièvement interrompu par un homme qui se trouvait dans la salle. L’individu a vociféré les mots suivant à l’endroit d’Édouard Philippe: “Monsieur Macron doit être poursuivi pour haute trahison. Nous voulons une VIe République.” Dans le calme, l’homme fut raccompagné à la sortie et Édouard Philippe, toujours fidèle à lui même, à continuer son discours. Il a tenu à remercier toutes les personnes qui ont œuvré au bon déroulement du grand débat national.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom