Me Sadikou Alao, Pdt de Gerddes-Afrique

La crise électorale née de la poursuite d’un processus électoral ouvert seulement aux blocs politiques du président Talon résulte de la volonté de ce dernier de ne pas laisser, au nom de ses intérêts personnels, s’effondre son château de mauvaise gouvernance. C’est l’avis de Me Sadikou Alao en réaction à la sortie médiatique du chef de l’Etat jeudi 11 avril dernier.

Le président de Gerddes-Afrique dit n’avoir pas été surpris par les propos du président de la République au cours de son entretien télévisé. «Tout ce qu’il a dit n’est que la résultante de son comportement depuis ce qu’il est convenu d’appeler crise électorale» affirme Me Sadikou Alao.

Il note que parlant de «blocs ou de partisans qui ont une opinion quelconque pour aller aux élections avec deux partis politiques, c’est le président de la République lui-même qui est derrière, devant et au milieu de cette posture». Aussi, estime-t-il, toutes les solutions alternatives proposées pour ouvrir les élections à d’autres formations politiques ne peuvent-elles pas arranger le chef de l’Etat.

Talon n’a pas le choix ?

Pour Me Sadikou Alao, c’est une attitude adoptée par le président Talon afin de préserver ses intérêts. «S’il laisse les élections se dérouler normalement, il est sûr de les perdre. Et tout ce qu’il a passé le temps pendant ces deux dernières années à concocter à son propre profit et au profit de ses entreprises, et toutes les lois scélérates qu’il a mises en place vont s’effondrer. Ça dérange ses intérêts» affirme-t-il.

Il trouve que le chef de l’Etat est dans une situation où s’il accepte des élections inclusives, tout ce qu’il a établi comme mauvaise gouvernance depuis les deux dernières années va être remis en cause de fond en comble. «Les dérives sont nombreuses ; il a créé énormément de trous » ajoute l’avocat.

Un coup de force à arrêter à tout prix

«Une telle attitude équivaut à un coup d’Etat, à un coup de force, une dictature réelle» dénonce Me Sadikou Alao. Il s’agit là aussi, à l’en croire, d’une rupture contre la démocratie et les acquis de la conférence nationale du Bénin. Il faut l’arrêter, selon lui. A propos, il soutient que tout responsable d’institution nationale a le droit d’appeler à l’aide étrangère y compris militaire pour mettre fin à ce coup de force. Il espère que le président de l’Assemblée nationale ne négligera aucun effort pour le faire. La société civile et tout le peuple en général, résisteront aussi, annonce le président de Gerddes-Afrique.

Voir les commentaires

23 Commentaires

  1. Tout le monde reconnaît que les réformes électorales initiées par Patrice Talon sont un fiasco total pour la vie sociopolitique du Bénin. Elles sont attentatoires à la démocratie béninoise. Pourquoi? – Parce qu’elles sont tout simplement anticonstitutionnelles.
    En effet, dans le préambule de la Constitution de 1990, c’est un cri, un hurlement que les pères de la Constitution de 1990 ont poussés pour mettre en garde contre tout ce à quoi nous assistons aujourd’hui :
    «NOUS, PEUPLE BENINOIS, …- Affirmons solennellement notre détermination par la présente Constitution de créer un Etat de droit et de démocratie pluraliste, dans lequel les droits fondamentaux de l’Homme, les libertés publiques, la dignité de la personne humaine et la justice sont garantis, protégés et promus comme la condition nécessaire au développement véritable et harmonieux de chaque Béninois tant dans sa dimension temporelle, culturelle, que spirituelle… ».
    C’est clair, c’est net, c’est précis. Les principes qui fondent la démocratie béninoise sont énumérés dans le préambule de la Constitution de 1990.
    Malheureusement à y regarder de près, nulle part n’apparaissent dans la gouvernance de Patrice Talon l’État de droit, la démocratie pluraliste, les libertés publiques, la justice et la dignité de la personne humaine. Patrice Talon a donc déjà violé la Constitution de la République du Bénin.
    Et il n’en démord pas. Tout est élaboré à partir de son credo de gouvernance, de cette logique qu’il nous a lui-même cyniquement annoncée dès le commencement :
    « Ce qui permet à un prince d’être réélu avec assurance, ce qui assure la réélection d’un président, ce n’est pas son mandat, ce n’est pas son résultat, c’est la manière dont il tient les grands électeurs, c’est la manière dont il tient tout le monde, c’est la manière dont personne n’est capable de lui tenir tête, d’être compétiteur contre lui. Quand vous n’avez pas de compétiteur, vous avez beau être mauvais, vous serez réélu ».
    Une cuvée estampillée tropicale sortie tout droit du machiavélisme, la négation de l’essence même de la démocratie! La voie est désormais ouverte à toutes les aventures.
    La gouvernance de Patrice Talon, «sa «manière dont il tient tout le monde, sa manière dont personne n’est capable de lui tenir tête, d’être compétiteur contre lui», ce sont les chars dans les rues, et des menaces de tout genre pour museler le peuple fatigué de tant de parjure et de tant de trahison.
    Et nous y voilà : le prince ne veut pas voir de compétiteurs dans son royaume. Désormais, à la radio comme à la télévision, les paisibles citoyens béninois n’ont droit qu’à des réthoriques alambiquées et à toutes sortes de contorsions oratoires funestes pour les empêcher de choisir librement leurs représentants.
    Ainsi, des législatives non inclusives auxquelles ne doivent participés que les deux partis jumeaux qu’il a créés et qui nous ramènent au parti unique déguisé auront bien lieu le 28 Avril 2019, n’en déplaise à tous les empêcheurs de tourner en rond qui appellent au pluralisme démocratique et à la préservation des acquis démocratiques au Bénin. Nous sommes désormais dans un royaume. Et tant pis pour tous ceux qui n’ont pas encore compris!

  2. Le président de l’assemblée nationale, les responsables des institutions nationales, les têtes couronnées, la société civile et le peuple dans sa grande majorité doivent tout faire même y compris la solicitation de ***** s’appuyant sur l’article 66 de la constituion pour mettre fin à ce coup de force.

  3. La liberté comme le droit de participer aux élections sont des droits inaliénables de citoyen qui ne se discutent pas. Il faut confronter chaque jour maintenant Talon et ses supporteurs pour que cette élection exclusive n’ait pas lieu.

  4. C’est un coup de force qui doit être arrêté à tout prix. Ne pas le faire, c’est permettre à Talon d’établir chez nous une situation comparable à celle du Togo voisin, où l’alternatif démocratique est transformé en une succession hériditaire de père en fils.

  5. Maître Alao a 100 % raison. Ce qui est en cours est un coup de force perpétré par Talon et ceux qui le supportent contre la paix, la démocratie et l’Etat de droit au Bénin.

  6. Il faut brûler tout ce qui appartient à talon et sa mafia.
    Ils vont utiliser leur chars et pompiers qu’ils utilisent en ce moment contre la population pour les aider à contenir les dégâts. Que la population descende dans les rues et qu’on le force à reprendre la malle arrière.

  7. Commenter :s’il vous plait mes frères regardons le Bon côté Des chose car âpres tout le Benin nous appartiens tous d’après moi Mr Patrice Talon faire son mieux pour assuré LA sécurité ,développé Le tourisme béninois ,Mais surtout veut souhait un aveni meilleur pour nos enfants. Soutenons Le au lieu de passé tous le temps a l’écran critiqué

    • Du n’importe quoi! Il transforme le pays en son entreprise privée ou le peuple souverain n’ont aucun droit. On se croyait dans un vieux film ou le maître de la ferme a droit de vie et de mort sur ces esclaves. C’est pire à Koutakinté! Talon se met des milliards de nos sous dans ces poches, il élimine la taxe pour ces entreprises et en augmente pour les secteurs détenus par ces opposants. Il vient gaillardement mettre dans la poubelle l’héritage de plusieurs générations, héritage bâtit au prix du sang et d’énorme souffrances. Luc Togbadja
      Dégageons talon!
      Qu’il dégage lui et sa mafia!
      Résistons et brûlons tout ce que nous pouvons sans affecter la pauvre population.

  8. Maître Alao a 100 % raison. Ce qui est en cours est un coup de force perpétré par Talon et ceux qui le supportent contre la paix, la démocratie et l’Etat de droit au Bénin.
    C’est un coup de force qui doit être arrêté à tout prix. Ne pas le faire, c’est permettre à Talon d’établir chez nous une situation comparable à celle du Togo voisin, où l’alternatif démocratique est transformé en une succession hériditaire de père en fils.
    Le président de l’assemblée nationale, les responsables des institutions nationales, les têtes couronnées, la société civile et le peuple dans sa grande majorité doivent tout faire même y compris la solicitation d’intervention militaire s’appuyant sur l’article 66 de la constituion pour mettre fin à ce coup de force. La liberté comme le droit de participer aux élections sont des droits inaliénables de citoyen qui ne se discutent pas. Il faut confronter chaque jour maintenant Talon et ses suppoteurs pour que cette élection exclusive n’ait pas lieu.

  9. voilà un des avocat habituellement à geometrie variable.Il confond le droit et so metier.___ comme lui, il n’y a pas deux dans le metier au Benin.IL fut avocat de YAYI pour le dossier empoisement et cout d’etat maintenant il parle de coup de force.Il faut jetter la tauge….

    • Il fut un des rares personnalités à avoir clairement dit qu’il n’y avait rien à espérer du théâtre de talon et Me Alao avait raison. Il connaît donc très bien vos plans machiavéliques et c’est pour cela que vous gueulez.
      Mais sachez que vous et votre talon serez boutés hors de la planète parce que vous ne trouvez même pas de pays d’accueil pour vous accueillir bientôt.

  10. Il y a des gens sur ce forum qui sont nés après 1991, alors comment est-ce que l’on peut les faire comprendre? D’autres ici ont reçu des briques de billets pour nous donner le maux de tête

    • Ledoux
      Nous avons déjà une situation sociale confortable avant l’avènement de Talon
      Nous sommes déjà créateurs de richesse
      Nous avons les briques avant
      Le reste; c’est pour l’amour du pays
      Dont acte
      Je passais
      Le Plombier

  11. Il y a des trouillards sur ce forum qui parle de Talon compétiteur né. Selon moi, il y a compétition s’il y a un adversaire. Le cas échéant il n’y pas de compétition.

  12. Talon est un compétiteur né. Il réfléchit, évalue toutes les situations avant de poser des actes sûrs et irréversibles. Il n’est pas comme Yayi Boni, le mentor de Sadikou qui ne vivait que prébendes de la République sous Yayi. Yayi agissait avant de ré fléchir ce qui explique le bracelets de scandales et d’éléphants blancs qui ont jalonné sa gouvernance.
    Un seule preuve de la sagacité de Talon : c’est seulement en 2019 qu’il fait construire des caniveaux et des voies dans les cités résidentielles de Cotonou (exemple des Cocotiers, résidence de Soglo).
    Alors collez la paix au developpeur

  13. c’est fini la recreation , il faut un dur comme talon pour develloper ce pays on doit suporter . Alors mon president accelère ils n’ont rien a faire ils s’agitent

  14. Maitre Alao nous preferons encore celui la qui n’a mis personne en prison a la veille des elections a ton mentor Yayi qui en complicite avec toi avait trouve des alibis pour mettre ded chalengers en prison, je veux parler de l’affaire Adovelande simon dont tu as ete l’artisan. Aussi vous attendons toujours ta reaction sur la decision de la cour constututionnelle au sujet de nos domaines que vous vous etes octroyes a parakou je veux dire ton mentor clent toujours avec ta complicite. Il est alors temps que vous coller la paix au Benin. Vous etes tres loin de donner de lecons svp

  15. “”Me Sadikou Alao: Les élections inclusives dérangent Talon, il y a coup de force””
    Ah bon!
    Voilà un Monsieur qui enfonce des portes ouvertes. Avec des avocats comme celui-là Talon peut dormir tranquille.

  16. Je partage les propos de Me Alao que je déteste.
    Mais qui est fou ???
    Je reconnais la planification en amont de ce match amical.
    Mais comment pouvait-il en être autrement ????
    Le pouvoir se ramasse par terre ???
    Je crois que non
    Donc; vous allez en souffrir mais vous ne pouvez rien faire.
    😂😂😂😂
    Je passais
    Le Plombier

Répondre à Napoléon1 Annuler la réponse

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom