Dans un communiqué publié ce mardi 14 mai, Amnesty International condamne la “répression post-électorale” au Bénin. Selon l’organisation non gouvernementale, cette repression a atteint des proportions inquiétantes avec quatre personnes décédées lors des manifestations dans le pays et “les familles des victimes qui peinent à récupérer les corps du fait d’obstacles administratifs”.

“Les autorités béninoises ont fait le choix d’attaquer de front les droits humains”

En ce qui concerne les manifestants morts, ils auraient perdu la vie entre le 28 avril, jour du scrutin, et le 02 mai. Une mère de sept enfants et un jeune homme de 19 ans se trouvaient parmi les infortunés, indique Amnesty International. Outre les morts enregistrées, il y a également eu des blessés, en plus des arrestations arbitraires de personnes soupconnées d’être des manifestants ou des proches de l’opposition. L’organisation dénonce par ailleurs des fouilles systématiques et des interrogatoires de simples passants” dans le quartier Cadjèhoun où réside l’ancien président Boni Yayi.

Selon la directrice régionale adjointe d’Amnesty International pour l’Afrique de l’ouest et l’Afrique centrale, Samira Daoud, l’ensemble de ces faits, est une attaque frontale contre les droits humains. “Les autorités béninoises ont fait le choix d’attaquer de front les droits humains plutôt que de les protéger” a t-elle déclaré. En ce qui concerne les tirs sur les manifestants, Amnesty International fait savoir que l’usage excessif de la force est contraire à l’exercice du droit de manifester tel que reconnu par la constitution béninoise et le droit international.Elle invite les autorités béninoises a mené des enquêtes approfondies et impartiales au sujet des personnes tuées par arme à feu et des blessés.

“Lever toute surveillance aux abords du domicile” de Yayi

Amnesty International souhaite aussi que le gouvernement s’abstienne de déployer des militaires dans les opérations de maintien de l’ordre public. In fine Samira Daoud demande aux autorités béninoises d’arrêter les “fouilles systèmatiques” à l’entrée des principales rues de Cadjèhoun et de “lever toute surveillance aux abords du domicile de l’ancien président Boni Yayi”.

14 Commentaires

  1. N’y a t-il pas des “fouilles systématiques et des interrogatoires de simples passants” chaque samedi avant les manifestations des gilets jaunes ?

    Depuis quand ce Samira Daoud se croit-elle au dessus des institutions Béninois…Si Yayi Boni lui a fait don de 2 sacs de bananes pour qu’elle s’autorise de telles hallucinations , nous, nous lui disons : Cause toujours.

  2. Commenter :l’Alpha et l’Oméga,c’est Jésus-Christ.Imparfaite de Gbananmin ne pourra jamais diriger ce pays.AMEM!

  3. Revoilà le plombier qui tire la chasse sur les droits humains. Que c’est commode
    On parle de liberté c’est de la propagande
    Des manifestants tués c’est des terroristes
    Une critique c’est de la subversion
    Etc..
    À ce rythme tous les piliers de votre dictature seront en place et il n’y aura plus personne pour crier quand il viendront vous arrêter car cela finit tjs par arriver

  4. Il se trouvera toujours des gens comme ce Plombier pour nier l’évidence, jusqu’au jour où il aura le revers en face. Mais sache bien qu’un régime dictatorial n’est bon pour personne. Ce n’est qu’une question de temps, mon cher ami pour que toi même tu en reçoives les conséquences.

  5. Je continue…à penser..à croire..et soutenir…qu’en février 1990….lors de la conf nat…les choses ont été baclées…

    Nous n’avons pas…tiré toute les leçons…et les conclusions…qui s’imposaient..pour l’avenir du pays.

    En effet…les beninois…qui ont été des bou r reaux d’autres…beninois…n’ont pas rendu des comptes…au pays

    Ceux qui en sont des victimes…n’ont pas été indemnisés….à la hauteur de ce qu’ils ont subit..

    En un mot..amnistie…était une mauvaise…chose….car en effet…quel pédaogie avons nous tirée..

    On me dira…qu’on a tout mis dans la const…..et quelle const…dont personne ne respecte..à la lettre

    Faire,ou écrire…une const…n’est pas manifestement..une fin en soi…et le voit tous les jours..puisque rien n’est prévu….en terme de force exécutoire

    Enfin…si aujourdhui certains se permettent de tuer…de kinapper…impunément des gens…c’est parce..que…il n’existe…pas une référence…..

    • Après la Conférence, c’est Nicéphore SOGLO qui n’a pas été à la hauteur des attentes démocratiques du peuple. Peut être très pris par la relance de l’économie, il a manqué de parfaire le processus démocratique.

      KEREKOU n’a pas pu grand chose, même s’il a fait mieux que SOGLO sur le plan démocratique.
      YAYI avait la volonté, mais il n’en avait pas le talant.

      PATRICE TALON, lui fait le connaisseur, alors qu’il le plus mauvais réformateur politique de tous les Présidents connus depuis 1990.

  6. Cette organisation subversive n’a plus droit de cité au Nigéria 🇳🇬 et ailleurs.
    Donc; on s’en moque
    Je passais
    Le Plombier

    • Il se trouvera toujours des gens comme ce Plombier pour nier l’évidence, jusqu’au jour où il aura le revers en face. Mais sache bien qu’un régime dictatorial n’est bon pour personne. Ce n’est qu’une question de temps, mon cher ami pour que toi même tu en reçoives les conséquences.

      • paul…!!!

        N’es tu pas fatigué de lire…les pi treries…d’un analp habete, ill étré…in capable d’écrire un post..et dévellopper, et argumenter…son idée..

        C’est la preuve…que c’est une cruche…mythomane…dont le forum…lui sert…de défouloir..

        Le pauvre….!!!

        • Le Bouvier @Aziz
          Tu vas en souffrir mais tu ne peux rien faire
          On n’a pas élevé les moutons ensemble
          On n’a pas été à la même école
          On n’a pas le même rang social
          Jaloux
          Vas là-bas
          Je passais
          Le Plombier

          • Toujours…des petits mots et des bouts de phrases basiques..digne..des enfants de nos quartiers…populaires en france..

            Celà trahi ton niveau intellectuel…au niveau du zéro..

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom