Après la publication des grandes tendances par la Commission électorale nationale autonome (CENA) le 30 avril dernier, la question sur l’absence de bulletins nuls lors des élections législatives reste au cœur des débats. Sur les réseaux sociaux, les gens se demandent où sont passés les bulletins nuls car, l’institution n’en a pas fait cas. La CENA a alors sorti un communiqué pour éclairer les Béninois.

Loading...

Dans ce communiqué signé de la vice-présidente Geneviève Boko Nadjo, la CENA explique que «conformément à l’article 16 du code  électoral en vigueur au Bénin, elle n’est habileté qu’à donner les grandes tendances des résultats provisoires des élections législatives et présidentielles». Elle informe que les chiffres qu’elle a publié le 30 avril dernier, «sont relatifs au nombre de suffrages valablement exprimés et au taux de participations y afférent». La CENA indique que seule la Cour constitutionnelle est compétente pour apprécier en ce qui concerne les bulletins nuls.

Voici ce que dit l’article 16 du Code électorale

Article 16 : La Commission électorale nationale autonome (CENA) est chargée notamment de :

  • la préparation, l’organisation du déroulement, la supervision des opérations de vote et la centralisation des résultats ;
  • l’organisation et la supervision des opérations référendaires et électorales ;
  • l’élaboration des documents, actes et procédures devant, d’une part assurer la régularité, la sécurité, la transparence des scrutins et, d’autre part, garantir aux électeurs ainsi qu’aux candidats, le libre exercice de leur droit ;
  • la formation des agents électoraux ;
  • l’information des citoyens sur le contenu du code électoral ;
  • la commande et le déploiement du matériel électoral ;
  • la commande des bulletins de vote et de l’ensemble du matériel électoral ;
  • la répartition du matériel électoral dans les centres de vote ;
  • l’enregistrement des candidatures et leur publication ;
  • l’étude des dossiers de candidature ;
  • l’établissement de la liste des observateurs internationaux à inviter par le gouvernement qui établit les accréditations ;
  • l’établissement du code des observateurs ;
  • l’attribution des documents d’identification aux observateurs et la coordination de leurs activités ;
  • la publication des grandes tendances des résultats provisoires ;
  • le suivi et la gestion du financement public des partis politiques.
Voir les commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom