La police républicaine et les forces armées béninoises ont animé, hier mercredi 8 mai, une conférence de presse conjointe pour rassurer les populations de leur engagement à travailler ensemble pour plus de professionnalisme et pour assurer la sécurité en permanence des personnes et des biens.

Le porte-parole de la police républicaine, le Colonel Pascal Odéloui a rappelé que ses éléments assurent la gestion de la transhumance, la sécurité des institutions financières, bancaires et des sites sensibles. Et «dans ces conditions, la police républicaine sollicite et bénéficie de l’appui permanent des unités des forces armées béninoises sur toute l’étendue du territoire national y compris dans le cadre de la sécurisation des consultations électorales».

Pour lui, la mission de ces deux entités de l’armée est de garantir la protection des personnes et des biens. Et elles s’engagent à décourager «tout individu qui entend remettre en cause l’Etat et ses institutions». Il a expliqué que «face aux actes de barbarie, d’extrême violence et de vandalisme ciblé à l’encontre de nos paisibles populations et des étrangers, la police républicaine s’est employée à rétablir l’ordre public avec professionnalisme et efficacité». Elle se félicite de la bonne collaboration avec les forces armées béninoises qui à travers leur appui ont démontré l’efficacité de cette nouvelle politique de sécurité intérieure.

«La police républicaine appuyée par les forces armées béninoises ne permettra jamais la remise en cause de l’ordre public», a indiqué Pascal Odéloui. Il rassure que la police républicaine va s’employer «chaque fois que cela serait nécessaire, à combiner ses moyens avec ceux des forces armées béninoises pour garantir en permanence la protection des populations et la sécurité de l’Etat».

1 COMMENTAIRE

  1. Le chef d’etat Major des armées et le directeur de la Police Républicaine sont tous frappés par une grave épidémie appelée la RAGE à la PATA. Cette pathologie qui se manifeste par la folie, au mieux, de juste intimider ses adversaires, de les emprisonner ou de les pousser à l’exil, au pire de faire tirer à balles réelles sur la population dans une volonté jusqu’au boutiste et malhonnête de confisquer le pouvoir législatif.
    Qu’il vous souvienne que la RUSE à la PATA, une autre épidémie est déjà passée par dessus nos têtes, par la décision de la cour constitutionnelle de rendre inexorable un certificat de conformité absurde et superflu dont la délivrance est honteusement confiée à l’executif et sous l’autorité douteuse d’un ministre membre du PSBC (Parti Siamois du Bénin Control) et accessoirement candidat aux élections législatives souverainement boudées par le peuple

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom