Âgé de 23 ans, un étudiant français a été l’auteur au mois de janvier dernier, d’une fausse alerte à la bombe sur un vol national EasyJet, tout simplement parce qu’il ne souhaitait pas que ses parents ne viennent le voir. Jugé, il vient d’être reconnu coupable de “communication de fausses nouvelles compromettant la sécurité d’un aéronef en vol et a ainsi été condamné à neuf mois de prison.

Face au juge en charge de l’affaire, le jeune homme a été très clair, reconnaissant les faits, assurant qu’il souhaitait empêcher par tous les moyens de voir ses parents venir lui rendre visite. Dans les faits, ce dernier a appelé le standard de la compagnie aérienne EasyJet, assurant que l’avion “en provenance de Lyon vers Rennes” ne devait pas décoller sous peine d’exploser. Déjà en route, l’appareil a ensuite dû faire demi-tour, avec 150 passagers à son bord. En outre, c’est une douzaine de vols qui ont été retardés alors qu’un avion de la Lufthansa a pour sa part été dérouté de Lyon, vers Genève.

Accroc au cannabis, il ne voulait pas voir ses parents

Géolocalisé grâce à son smartphone, le jeune homme avouera plus tard ne pas avoir imaginé qu’un appel au standard puisse être tracé. La venue de ses parents ? Impensable selon le prévenu, qui accroc au cannabis, passait ses journées à fumer lorsqu’il n’avait pas cours. Connue de ses parents, son addiction aurait alors provoqué un véritable conflit entre le jeune homme, par ailleurs incconu des services de justice, et ses parents.

L prévenu reconnaît les faits

Titulaire d’un diplôme en droit, ce dernier a été condamné à neuf mois d’emprisonnement, le tout, accompagné d’un sursis avec mise à l’épreuve de deux ans, avec obligation de soins et de formation. En outre, il devra verser 1 900 euros à la société en charge de l’aéroport de Rennes-Dinard ainsi que 1 350 euros. Assurant vouloir arrêter le cannabis, le jeune homme a confirmé avoir envie de reprendre ses études et passer son diplôme d’avocat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom