Un africain d’origine ivoirienne a vécu une série de mésaventures en France du fait de son état de sans-papiers. En situation irrégulière, il a frôlé l’extradition avant d’être relâché. Âgé de 25 ans, il est arrivé en France via l’Espagne après avoir traversé la Mauritanie et le Maroc. D’abord soupçonné d’agression sexuelle et d’exhibition, il a été interné dans un hôpital psychiatrique.

Il a ensuite été décidé qu’il soit reconduit à la frontière, mais il refusa de remplir les documents administratifs utiles à son extradition et est mis en prison pour un mois. À la fin de sa peine, il est reconduit devant le juge et le parquet requiert trois mois de prison ferme pour son refus de collaborer à son extradition.

Condamné avec sursis, donc libre !

Son avocat rappelle alors tout son calvaire au juge, depuis l’hôpital psychiatrique jusqu’à la prison et demande la clémence du juge pour toute la souffrance que son client a déjà connu. Le casier judiciaire vierge de l’ivoirien plaide pour lui. Le juge décide de le condamner à trois mois de prison avec sursis. Il est alors remis en liberté. Mais sa situation de sans-papiers est toujours un os dans sa gorge.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom