Photo d'illustration

En Malaisie, des élus ont réclamé l’ouverture d’une enquête suite à la mort d’une jeune adolescente. En effet, celle-ci s’est donnée la mort en se jetant du haut du toit d’un immeuble, après avoir organisé un vote via son compte Instagram. Ce vote visait à définir si celle-ci devait continuer à vivre ou non.

Âgée de 16 ans, la jeune fille a effectivement partagé un poste via lequel elle demandait à ses followers de voter. Les lettres D et L –pour Death (mort) et Life (vie) – étaient ainsi représentées. Au final, 69% de ses abonnés ont voté pour qu’elle se donne la mort. Quelques heures après avoir demandé l’avis des internautes, la jeune femme s’est donné la mort. Un drame absolument terrible qui vient directement remettre en lumière les déviances des réseaux sociaux. 

Les internautes risquent la peine de mort

Soucieux de ne plus témoigner d’un tel drame, Ramkarpal Singh, membre du Parlement, a ainsi invité les forces de l’ordre à se saisir du dossier. En outre, celui-ci a assuré que les personnes ayant voté pourraient être poursuivies pour “incitation au suicide“, un fait passible de peine de mort en Malaisie, notamment lorsque la victime concernée est un mineur.

Facebook et Instagram, déjà confrontés à la problématique

Ce n’est pas la première fois que Facebook se retrouve confronté à la thématique du suicide à cause de son réseau Instagram. Il y a quelques mois, en février, la plateforme avait été forcée de supprimer des images choquantes ayant un rapport avec l’auto-mutilation. Les parents d’une jeune adolescente, s’étant donnée la mort en 2017, accusaient en fait le réseau d’avoir contribué à ce qu’elle aille au bout de son geste.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom