Nick Conrad, remet ça. Le rappeur français était encore inconnu il y a un an, jusqu’à ce qu’il publie en ligne une vidéo controversée, dans laquelle il demandait  de ‘’tuer des bébés blancs’’. Le rappeur qui se serait auto-produit se montrait dans la vidéo mettant en scène l’enlèvement, la torture et la pendaison d’un homme blanc, en une diatribe se serait-il expliqué contre le racisme. Cette fois, Conrad appel à ‘’Brûler la France’’.

Une communication par la polémique

La vidéo de ‘’Pendez les blancs’’ avait duré neuf minutes. Neuf minutes de controverse et selon la justice française d’appel à la haine. Rapidement suspendue de Youtube, pour non-conformité avec les polices d’utilisation de la plate-forme, le clip avait quand même fait son œuvre, Conrad sortait de l’anonymat et était propulsé au-devant de la scène. Une communication réussie pour l’artiste qui avait, selon lui, sû jouer sur l’état d’esprit du public en frappant son imaginaire.

Et malgré une condamnation de la justice pour « incitation à la violence à travers la musique », Nick Conrad ‘’récidive’’ avec un nouveau single du même acabit que le précédent, le filon semble inépuisable, ‘’ Je brûle la France’’.

Pourtant ; dans son jugement, au sujet de ‘’Pendez les Blancs’’ ;  le tribunal avait déclaré, rapporte la presse française ;  que si « les limites admissibles de la liberté d’expression sont évaluées avec plus de souplesse », en matière de rap, « la liberté de création artistique n’est toutefois pas absolue ». Et l’artiste même s’il échappait à une condamnation de prison, aurait perdu son emploi à plein temps en tant que réceptionniste et avait été condamné à payer une amende de 5 000 euros avec sursis et 1 000 euros de dommages et intérêts à chacune des deux associations antiracistes à l’origine de la plainte. Et visiblement, la leçon n’avait pas servi.

Dans son nouveau clip “Doux pays” publié ce vendredi, l’artiste va plus loin avec des allégations aux relents terroriste, « Cet hexagone, (…) J’vais poser une bombe sous son Panthéon » ; et déjà les politiques de crier à l’atteinte aux valeurs républicaines.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom