Il y a quelques semaines, l’État de Washington faisait la une des médias après que le “compost humain” ait été proposé. En effet, plusieurs voix se sont élevées afin de permettre aux personnes le souhaitant, de proposer leur corps afin que celui-ci soit transformé en compost. Une alternative jugée plus écologique et responsable que l’inhumation classique ou que la crémation.

Critiquée, pointée du doigt, l’idée s’est vite transformée en projet avant que le parlement de cet état du nord-ouest américain n’en fasse une loi. La mesure elle, entrera en vigueur à partir du mois de mai 2020. Dans les faits, cette loi autorise la “réduction organique naturelle“, à savoir la “conversion, accélérée et en milieu clos, de restes humains en humus“. Une première historique aux États-Unis et pour cet état progressiste, qui mise énormément sur l’écologie.

Une alternative économique et écologique

D’ailleurs, le gouverneur démocrate Jay Inslee est candidat à l’élection présidentielle de 2020. Très apprécié, ce dernier reste en retard dans les sondages, mais entend faire entendre sa voix, celle de l’écologie et du développement durable. C’est d’ailleurs tout naturellement que celui-ci s’est toujours prononcé en faveur d’une telle loi. Un constat partagé par Katrina Spade qui a longtemps œuvré en faveur de ce projet.

La mesure entrera en vigueur d’ici mai 2020

Selon elle, il permettra ainsi de proposer une alternative durable aux moyens d’enterrements “classiques“. En outre, celui-ci permettre de réaliser d’importantes économies que ce soit financièrement parlant, mais aussi en matière d’espace et d’émission de CO2. Spade, directrice de la société Recompose, qui a mis au point un procédé de “compostage humain” s’est donc félicitée d’une telle décision, d’autant que son procédé est en train d’évoluer et sera bientôt commercialisé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom