Le délibéré dans l’affaire CNSS-BIBE devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme n’a pas eu lieu jeudi 20 juin dernier comme prévu. Au regard des dernières nouvelles, le renvoi de l’audience à demain, lundi 24 juin 2019, cache un nouveau développement dans ce dossier.

Une nouvelle audience ce lundi dans le dossier de «corruption et placement à risque de fonds» à la Banque internationale du Bénin (BIBE) au nom de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) du Bénin. Après la délibération manquée du jeudi 20 juin 2019, Laurent Mètongnon et ses coaccusés devront se présenter demain devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET).

Une nouvelle formation

Ce sera devant une autre formation judicaire. La nouvelle formation, a-t-on appris, sera présidée par le président de la CRIET. Et pour cause, la 4ème  chambre correctionnelle de cette Cour serait dissoute. Au fond, il y aurait une discorde entre le président de cette chambre et d’autres responsables de la Cour au sujet du verdict qu’il voulait rendre depuis peu dans ce dossier. Il allait prononcer probablement la libération pure et simple de Laurent Mètongnon et ses coaccusés.

Alors, la nouvelle formation va-t-il reprendre le procès pourtant déjà à terme ou prononcera-t-il une décision sans avoir connu du dossier ? Dans l’un ou l’autre cas, c’est une nouvelle surprise dans ce dossier dont la CRIET s’est autosaisie après le jugement du Tribunal de première instance de première classe de Cotonou en juillet 2018.

Voir les commentaires
Loading...

3 Commentaires

  1. C’est ça le Bénin, la justice à 2 vitesses, celle des pauvres et / ou inconnus puis celles des riches et / ou très connus.
    Pour ces derniers les populations se font tuées inutilement puis eux ils voyagent quittent le pays, deviennent exilés ou vont se faire soigner.
    Tandis que les premiers crèvent en prison, leurs dossiers traînent des années jusqu’à ce qu’on les oublie derrière les barreaux de la prison.

    • K. Thomas que peuvent encore ces syndicalistes qui ont pactisé par le passé avec Talon pour des grèves à ne pas en finir sous Yayi. Lui même Metongnon doit regretter ses complicités avec T.a.l.on dans le passé. C’est vraiment dommage pour lui oui. Mais c’est le vrai visage de la rupture et du Bénin révélé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom