(Haro sur les intellectuels obligés de la dictature !) L’objectif de cette tribune, c’est de montrer l’absurdité intellectuelle des Roger Gbégnonvi (RG) et consorts. En mettant en évidence l’inanité démocratique et civique de leurs arguties, le projet a pour ambition de confondre Gbégnonvi, isoler et ruiner la prétention intellectuelle de la clique de porteurs de lanternes du régime de la rupture.

Loading...

Pour ce faire, la question d’entame répond bien à la ‘’rhétorique’’ incendiaire et ‘’monstrueuse’’ du personnage central, Gbégnonvi. En effet, « à la guerre comme à la guerre », Gbégnonvi insulte l’intelligence de ce pays lorsqu’il titre sa chronique « Râles d’agonie de la Bête béninoise » en parlant de la résistance actuelle au régime d’exception qui s’installe au Bénin. L’arme du meurtre de la « bête immonde » incarnée selon Gbégnonvi par les anciens présidents serait la dictature. Uniquement la dictature ! Et pourtant ils sont légion les intellectuels éminents à l’intérieur de notre pays et de par le monde qui s’indignent sur le cas Bénin ; dès lors, il est important de mettre le holà à cette tourbe d’intellectuels de série B de l’ex-Quartier Latin de l’Afrique afin de réhabiliter l’action patriotique et légitime des intellectuels engagés aux côtés des populations et de la Patrie.

La « Bête immonde », le prétexte pour l’instauration de la dictature ?

Il est vrai, la période de 1990 à 2019 dite du Renouveau démocratique est une vraie calamité en matière de gouvernance. Gbégnonvi le relève à juste titre. Mais, lui-même est aussi en partie comptable du bilan de dame « Bête immonde » même si sa présence au gouvernement fut relativement brève. Houngbédji a introduit dès 1990 la pratique obscène des milliards et des gadgets, dans la campagne précédant les élections, pour l’achat des consciences dans nos villes et villages ; Soglo, de 1991 à 1996, est le président du parti clanique, la « rivière » où devraient aller s’abreuver les ministres ; Kérékou II, l’homme qui fabriqua pendant ses deux mandats, de 1996 à 2006, les gangsters politiques, aujourd’hui des corrompus impénitents; Avec Yayi, de 2006 à 2016, c’est la période des scandales économiques retentissants et de gestion hasardeuse avec les hordes de ‘’pasteurs devenus banquiers’’, ses scandales les plus mémorables étant Cen-Sad, Icc services, Machines Agricoles, Ppea2, Lépi, KO 2011, site de l’Assemblée Nationale, Concours frauduleux etc. Mais pour autant, l’intelligence s’accommoderait-elle de ces prétextes pour légitimer la dictature ? D’autant que les réformes et les redressements économiques intelligents, dans l’histoire des idées politiques de l’humanité, ont été pour la plupart compatibles avec le Régime des Libertés. Le système démocratique ‘occidentalo-centré’ est interrogé par la recherche au profit de concepts et modèles ‘afro-centré’ pour le développement mais pas sans les libertés.

A certains égards, les agissements de Gbégnonvi et consorts ne sont pas sans rappeler les intellectuels allemands précurseurs du nazisme ainsi que ses soutiens de 1933 à 1944. L’Allemagne a perdu la 1ère guerre mondiale et dès 1919, le dictat de Versailles attise le désir de revanche. Des intellectuels allemands poussés par l’idée de revanche passent donc aux idées ‘’noires’’ qui consolideront le nazisme plus tard. L’idée-force chez un Heinrich Bruning ou chez un Otto Strasser par exemple, c’est le « grand dégoût de l’Occident » et son corollaire, « la revanche, le maître mot, sur les autres » qui, dit-on, ont fait mal à l’Allemagne. Exactement comme la « Bête immonde », ce « grand dégoût » qui a fait mal au Bénin depuis 1990 d’après Gbégnonvi. Mais, ce que ne dit pas Gbégnonvi, les revanchards béninois au pouvoir sont les mêmes qui ont créé et fondé dame  « Bête immonde ». Les revanchards ne nient pas avoir été à la base de l’avènement de 2006 puis réussi le KO  2011. Et finalement, les revanchards justifient a postériori le crime d’avoir exclu plus de 85% de du peuple des élections du 28 avril 2019 au motif passablement douteux de la nécessité de la dictature et de la « compromission de la paix ». N’empêche, des intellectuels, Gbégnonvi en premier, peuvent-ils sans honte se ranger du côté du pire système politique que l’humanité ait connu, l’absolutisme ? Pour les intellectuels allemands, c’est peut-être sans le vouloir puisque leurs discours relèvent d’une cause lointaine et antérieure (depuis 1919) à l’émergence fatale plus tardive du Fuhrer en 1933. Au Bénin, les intellectuels ‘’obligés’’ applaudissent après coup. Pour quoi ? L’historien britannique Kershaw Ian pense que, dans le cas allemand, c’est la « complaisance d’élites bourgeoises convaincues, à tort, de pouvoir les manipuler qui a permis aux nazis de prendre le pouvoir en 1933 ». Gbégnonvi et consorts pensent peut-être prendre le contrôle de la rupture plus tard. Calcul fou ! A mon humble avis, il n’y a qu’un seul mot: opportunisme!  Purement et simplement.

Gbégnonvi et consorts aiment les opportunités, vraiment !

Au début du Renouveau démocratique, Gbégnonvi est foncièrement contre les communistes, les vrais instigateurs, avec le mouvement plus tardif des laïcs catholiques, des révoltes mémorables des rues qui ont provoqué la Conférence Nationale de février 1990. Gbégnonvi espérait en retour, de Soglo puis de Kérékou II, devenir ministre de la république entre 1990 et 2006. Entre 2006 et 2011, sous la première présidence de Yayi, ses clins d’œil finissent par être couronnés de succès. En clamant haut et fort que le yayisme, c’est-à-dire ‘’ le changement’’ de Yayi Boni, c’était du sankarisme ou du bolivarisme et patati patata, cela vaut à Gbégnonvi d’être pendant 7 petits mois, ministre.  Après son ministère éclair, Gbégnonvi devint grincheux et revanchard. C’est ainsi qu’en 2011, l’équilibriste  appela à la candidature d’un Oiseau rare, Abdoulaye Bio Tchané (ABT). A l’époque, j’avais publié une tribune largement diffusée dans la presse et titrée: « Appel à candidature encore d’un oiseau rare, Abdoulaye Bio Tchané : Erreur de Gbégnonvi ». Malheureusement pour Gbégnonvi, cette tribune ne lui aura servi à rien ! ABT n’est pas devenu Président et Yayi Boni rempila dès le 1er tour grâce au KO contestable de 2011. Nous sommes en 2019. L’attente et la traversée du désert de Gbégnonvi depuis une décennie au moins deviennent trop longues. C’est vraiment là qu’il faut aller chercher les origines de sa nouvelle diatribe contre la « Bête immonde ».
A la fin, le tableau est très noir! C’est lorsque Gbégnonvi devient « Dévoileur de plans secrets» comme présentement dans la « Bête immonde » et aussi comme dans cette ridicule lettre ouverte adressée, il y a quelques jours, au Président N. Soglo. Bien avant cela, Gbégnonvi fut en effet « Dévoileur » dans  le plan secret qui a permis de distribuer de l’argent à des conseillers communaux en vue de la destitution du maire d’une ville historique de l’Atlantique. Et voyez-vous, c’était le même homme de ‘’Transparency International’’, dont il fut naguère le Président au Bénin,  ‘’le champion de la lutte contre la corruption’’, qui pilota cette opération hautement corruptive. Voilà pour la vraie histoire des zigzags et danses du ventre de mon collègue RG. Ça vous en bouche un coin !

Honte aux intellectuels ‘’liges’’, chantres de la clameur soporifique qui parlent de la paix

Le scrutin du 28 avril 2019 a vu se confirmer le rejet par le peuple, avec près de 90% d’abstention, de la nature dictatoriale des réformes en République du Bénin. Par la suite, aidé par nos intellectuels liges, le gouvernement  parle de paix. Or, la paix, c’est un comportement à la base duquel il y a le préalable de la vérité et de la justice sinon, les intérêts dans la société deviennent irréconciliables, ouvrant la voie à la désobéissance civile légitime comme c’est le cas aujourd’hui dans le pays. Le régime de la rupture donne ses ‘intellos’ comme on donne du ‘chien’. Ils peinent à théoriser un état de droit frauduleux, qu’ils n’ont qu’à la bouche mais pas en critique ! Quand les intérêts deviennent irréconciliables, il ne peut plus y avoir d’Etat de droit et de légalité. Dès lors, comme pour l’Apartheid et le Nazisme que les oppresseurs affublaient du qualificatif ‘légal’, le peuple doit résister par tous les moyens. Où étaient les soi-disant intellectuels du type de Gbégnonvi quand les injustices se commettaient les unes après les autres? Dans quel état de droit empêche-t-on l’opposition d’aller aux élections ? Où sont-ils, actuellement, ces intellectuels, lorsque le discours officiel dit qu’il n’y a pas d’autres moyens que de « tirer à balles réelles » sur les populations civiles ? Lorsque le discours officiel préfère s’inquiéter plutôt de l’ampleur des dégâts matériels que de déplorer les pertes en vies humaines ? Ou bien lorsque, sans états d’âme devant le Clergé, on déclare qu’on peut « compromettre la paix » sans craindre la charge de la Haute Trahison ? Les agents cagoulés de la police politique peuvent enlever des citoyens dans les rues ou dans leurs lits tard la nuit, des intellectuels trouvent que ce n’est pas encore les escadrons de la mort ! Les rassemblements de plus de deux personnes entraînent des arrestations et des intellectuels n’y voient aucune gravité ! A moins que les intellectuels obligés de la dictature ne veuillent provoquer par leurs simagrées la démobilisation et le renoncement à la résistance qui, faut-il le rappeler, est mise en exergue et en valeur dans une disposition spécifique de l’article 66 de la constitution du Bénin. Si ces lettrés  dont certains gardent le silence veulent servir la dictature pour être comme d’habitude sous les feux de la rampe et autour de la ‘’mangeoire’’, c’est leur affaire ! Ils prennent le risque de devenir une tâche honteuse dans l’histoire de ce pays comme de ces intellectuels collabos européens de la trempe d’un Heidegger qui, soutien intellectuel de la dictature nazie de 1933 à 1944, a fini dans le déshonneur. L’intellectuel digne de ce nom ne saurait soutenir un régime anti-démocratique et despotique. Au fond, c’est leur faire trop d’honneur que de les comparer à Heidegger qui était véritablement un grand intellectuel qui s’est fourvoyé. Ceux qui s’essaient à ce jeu dangereux, sont condamnés d’avance par l’histoire. Les confondre, neutraliser leur fiel et déconstruire leur venimeuse pensée est un impératif éthique et patriotique.
Vive les Libertés !

ADJILE SEGLA  D. Aimé (Contribution), Juin 2019  Enseignant-chercheur UAC, Max-Planck Institute.

Voir les commentaires

26 Commentaires

  1. Ce qui se passe aujourd’hui ce n’est ni plus ni moins que de la clochardisation et de la crétinisation de certains de nos intellectuels. L’intellectuel, le vrai, reste immuable dans sa prise de position en faveur des valeurs humaines et sociétales. Que Gbégnonvi et consorts apportent aujourd’hui leur caution à la liquidation de notre démocratie, cela montre bien leur vacuité. Mais le sieur Gbegnonvi est un récidiviste. On l’avait déjà vu à l’oeuvre sous Yayi Boni…

  2. Pour en finir avec GBEGNONVI
    Hum… Roger, je m’inquiète pour toi
    Cher collègue et Frère, je te fais mes adieux amicaux et effrayants
    Tu vas faire comment, toi qui aimes tant la vie

  3. sultan aziz « lire des billets comme ça cela donne…de la fierté d’être béninois. »
    J’avoue que je suis si fier de tout ce que je lis. C’est bien mon pays ça ! Trouver les mots pour contredire l’autre et pouvoir se justifier ! Je crois que malgré le nouveau programme qui a été longuement combattu, il y a encore des têtes bien faites chez nous. Point d’adversité, parce que ce que nous avons en commun, c’est bien le BENIN. Bravo !!!

  4. imaginez…une lettre ouverte d’éminents cadres du ____..adressée à yayi…

    Ils..(les absolutistes)..allaient tous crier…au scandale…et nous taxer de régionalistes et de tribalistes

    Pour venir…en aide…à leur frère en difficulté…ils n’ont pas trouvé mieux que d’en vouloir à soglo..d’etre proche de yayi
    Ceux qui ont toujours pensé..détenir le titre foncier du benin…ne changeront pas….

  5. Pour le plombier
    ” vous allez en souffrir mais vous ne pouvez rien” votre slogan vous va bien actuellement vu vos commentaires, vous en souffrez vraiment .
    Apprenez à respecter les autres et à accepter la différence de point de vue, c’est ça la démocratie et là vous prouvez combien de fois vous êtes contre la démocratie et la paix ça se lis dans vos vomis. Cherchez à être mis en contact avec quelqu’un dont on ne partage pas les mêmes point de vue et lui repondre en injure est digne d’un rageux d’un colérique, d’un antidemocrate que vous êtes et à l’image de votre patron. Actuellement tout le monde sait qui vous êtes réellement c’est comme ça que vous vous ” révélez ” dans votre jargon de rupture.
    Quand vous écrivez des âneries personne n’a jamais cherché à vous contacter d’une manière ou d’une autre parce que vous êtes libre d’écrire ce que vous ou’ez sur ce forum donc laissez les gens s’exprimer ou allez faire votre guerre avec les tuyaux ailleur…

    • poh poh poh là c’est plus qu’humiliant for him:” donc laissez les gens s’exprimer ou allez faire votre guerre avec les tuyaux ailleurs…”
      En principe, il ira se pendre. Mais il n’a pas de bon sens, il marche “dolou, dolou” di atoké gbaudja”
      é ka blawou! Mèho min ton

  6. Il est important de remettre chacun à sa place.
    Ce qui se passe aujourd’hui, doit obliger tous les intellectuels béninois à prendre position.

    Les Gbégnonvi, ZOSSOU et consorts, nous savons que c’est des malhonnêtes.
    Ils ne peuvent pas soutenir leurs positions face à des hommes et des femmes cultivés et qui connaissent l’évolution du monde contemporain.
    Ils ne pensent pas au pays, mais à leur ventre, car par leur choix, ils tournent dos, à la vérité historique.
    Pour ce qui concerne celui qui dit qu’il sera porté en triomphe au terme de son mandat, il n’a ni la capacité intellectuelle, encore moins la culture pour conduire un pays moderne.

    Les faits sont là, palpables. Etat de droit en agonie, justice aux ordres, affairisme au sommet de l’Etat, emprisonnements arbitraires, massacres de population civile qui ne revendique que le droit légitime d’avoir des élections libres et démocratiques.

    Les réformes, personne n’est contre les réformes!!!
    Nous avons souhaité une véritable rupture avec la période KEREKOU et YAYI, mais dans le respect des principes démocratiques consacrés par la constitution.

    Qu’avons nous aujourd’hui????
    Il faut que tout béninois digne du nom, s’insurge contre ce qui se passe.
    Que tout béninois digne du nom, lutte comme il peut pour mettre en échec la calamité que vit notre cher et beau pays.

    Mr SEGLA, merci pour votre contribution remarquable. Nous ne demandons pas de brûler ou de casser, mais d’apporter la contradiction et de montrer que ce qui se passe est indéfendable.

    Celui qui garde le silence, est aussi coupable que les DJOGBENOU, les ABT, PIK, ZOSSOU, GBEGNONVI etc….
    Que chacun par ses moyens et ses capacités s’indigne et se révolte.

  7. Ce qui est sûr chacun est libre de faire l’analyse de son pays.je crois que le professeur Gbegnonvi est dans le vrai.diagnostic approfondi de ce pays merci

  8. lire des billets comme ça celà donne…de la fierté d’etre beninois..

    Mais moi le sultan..j’aurais résumé…en une phrase assassine…tout ce pamphlets…

    gbegnonvi..est..un..f….et un..f..ne peut penser,agir..de la sorte..

    le malheur du benin..se sont hélas..les ..f..

  9. Adjile Segla ; vous êtes d’une impolitesse rare
    Mais ; dites-moi, vous vous prenez pour qui ???
    Vous vous comparer au professeur Gbégnonvi ????
    Je ne rentrerai pas dans cette polémique outrancière pour ne point me mettre à votre niveau si bas
    Que Lnt me mettre en contact avec vous et je vous démontrerai que vous êtes un minable personnage dépourvu de bon sens
    Je vous attends
    Le Plombier

    • Joeleplombier
      Demander à Lnt de vous mettre en contact avec Adjile SEGLA, relève pour moi de la bêtise humaine. Vous savez bien que ce que vous demandez au journal est définitivement impossible. Par conséquent vous venez de démontrer magistralement que c’est bien vous le minable personnage dépourvu de bon sens. Comment avez-vous pu le faire si brillamment?
      Hein, hein! Nous t’avons à l’oeil! Je vous croyais un peu plus intelligent , Joe

    • Évidemment un plombier peut comprendre quoi de tout ça ??? Mr Segla, vous êtes l’une de nos rares fiertés ! Merci Mr pour votre contribution à la manifestation de la vérité. Ouï les faits sont là et très têtus !!! Les Gbegnonvi et consorts tourneront bientôt leurs vestes l’orque ce pouvoir de la rupture n’aura plus où se mettre la tête !!

    • Les hommes bien éduqués n’insultent pas gaillardement comme vous venez de le faire. Et pour tant vous prétendez confondre quelqu’un que vous traitez de minable. Finalement c’est qui le minable? Vous devez savoir comme moi que chacun est libre d’avoir son analyse de la gestion du patrimoine commun dans un Etat. Que vous ne puissiez pas comprendre cela cela, c’est ça qui est ahurissant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom