Enfin des voix officielles au sujet des violences à Tchaourou au nord du Bénin depuis lundi 10 juin puis à Savè depuis jeudi. Peu de temps après la publication de notre article Bénin : Le silence des autorités béninoises sur la situation à Tchaourou, nous apprenions que les autorités béninoises en charge de la sécurité ont réagi pour faire un point de la situation depuis les événements de Tchaourou.

Dans la soirée d’hier, on a entendu respectivement le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique Sacca Lafia et son conseiller technique à la sécurité Spéro Gouchola à propos.Un commissariat incendié, des voies barricadées, affrontement entre forces de l’ordre et populations, usage d’armes, des blessés, etc.

On parle même d’un mort. La tension est vive à Tchaourou et à Savè. La population de Tchaourou proteste contre l’arrestation, par la police dans cette ville, d’individus soupçonnés de violence et trouble à l’ordre public lors des élections législatives du 28 avril 2019 au Bénin.

Selon le conseiller technique à la sécurité du ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, Spéro Gouchola, les éléments de la Police « étaient venus poursuivre les investigations suites aux incidents survenus lors des élections législatives ». « C’est au cours de cette opération que la population s’est soulevée pour barrer la voie, incendier le commissariat et empêcher la circulation dans les deux sens » rapporte-il.

Des individus étrangers seraient à la commande

Selon lui, cela « se justifie par le fait d’empêcher la poursuite des investigations et maintenir l’impunité par rapport aux événements des élections du 28 avril 2019». «Pour faire échec à la procédure, afin qu’elle n’aboutisse pas, notamment dans la commune de Tchaourou, certains individus -qu’ils qualifient de délinquants et de badauds- se sont organisés pour semer le trouble » dira le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique Sacca Lafia lors de son point de presse dans la soirée du vendredi 14 juin 2019.

Son conseiller technique à la sécurité parle d’«individus drogués et armés pour commettre la terreur […] qui ont été organisés et payés par certains individus». Il confie que « les auteurs proviendraient des localités extérieures » et invite la population de Tchaourou à se désolidariser d’eux puis collaborer avec les forces de la défense et de la sécurité publique pour rétablir l’ordre dans les deux villes en question. « La situation est sous contrôle » rassure le ministre de l’intérieur.

Voir les commentaires

13 Commentaires

  1. Talon et ses soldats ne pouront rien on va *****tous ceux qui veulent detruire notre pays ne vous inquietiez pas ses **** seront bonne a mangé et soldats ,et gouvernement on a fin au Nord amenez vous

  2. Les bérets rouges entrent en scène
    Le nettoyage commence pour éliminer les microbes et cafards
    Après ; on coupe la tête de l’animal
    Je reviens
    Le Plombier patriote
    Ce pays ne s’arrête pas à Dassa-Zoumè, Savè et Tchaourou

    • Les bérets rouges n’y arriveront pas. Car la situation se complique.
      Les informations qui circulent sont très inquiétantes.
      Patrice Talon doit écouter le peuple béninois et leur retourner sont pouvoir de choisir librement ses représentants.
      Voilà le noeud du problème.

  3. C’est la conséquence de la privation de vote à la population, c’est le début de …….., on ne connaît pas la fin, progressivement, d’autres villes prendront le relai

  4. Commenter :Ne dit ont pas que la charité bien ordoné commence par soit même?Que nos gouvernants accèpte que sévir débite de la maison au déhors et non le contraire.

  5. Il faut que le gouvernement sorte de sa rhétorique sur l’enrôlement des étrangers parmi les manifestants. Tout le monde sait que c’est que la situation de Yayi Boni à Cotonou qui nourrit celle de Tchaorou. Et donc c’est bel et bien des béninois qui manifestent. Le gouvernement gagnerait à utiliser une approche plus humaine et conciliante pour dénouer la crise. La force et la violence ne sont pas des solutions pérennes.

    • Ca fait 3 ans que ce klebe propose d’etendre les services pour lesquels il est paye a polluer le forum…
      Pardon donnez lui le numero du vice president , porteur de valises de la 1ere heure, ou du premier ministre, comptable accuse par Yayi de financer un putsch…

  6. et les impairs….que eux…ils commis..en méprisant les beninois…et leur refuser…le libre choix de leurs députés..

    Dis je…eux..ils répondent quand…?

    mon pays..apparemment…vous avez un qi…nul….!!!…c’est un constat

    Donc..vous ne voyez…pas..ceux qui sont la cause…mais…les conséquences..

    et vous voulez vous dire intellectuel…?

  7. des individus..badauds et drogués..venant de l’extérieur…..!!

    Technique et méthode de communications… idi otes…qui ne trompent plus personnes..!!!

    Ceux…qui ont causé…qui ont été des vecteurs..de ce que nous vivons…dans ce pays…sont ou…?

    Ceux qui ont dit porter…le chapeau….de l’imposture..du dénis et du mépris…sont…?

    On s’attaque aux conséquences…et non au cause….

    Le forfait…le fait accompli…ne passeront pas dans ce pays..

    Et ce qui est riducule…c’est que…96% des beninois…ne croient..plus..ni à la communications….ni à rien du tout..de ces gens là

  8. Tout individu ayant commis des impairs doit pouvoir répondre. Mais je pense que les autorités peuvent différer ces enquêtes le temps que la tension se calme dans le pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom