Deux ans après l’assassinat de Kim Jong-Nam, le demi-frère de l’autorité suprême de la Corée du Nord, la presse revient sur les informations selon lesquelles il avait des liens avec le service de renseignement américain. Selon une publication du Wall Street Journal ce lundi 10 juin 2019, le but du voyage du fils aîné de Kim Jong-il, qui a débouché sur son meurtre le 13 février 2017 à Sepang en Malaisie est de rencontrer un contact de l’agence américaine de la CIA.

Le média américain fait également remarquer qu’en plus des Américains, le frère de Kim Jong-Un aurait gardé le même type de relation avec des services de renseignements d’autres pays comme la Chine.

Des écrits antérieurs confirment ses liaisons avec la CIA

Des détails n’ont toutefois pas été donnés sur la nature des informations qu’il aurait pu fournir à ses correspondants. Mais la publication du Wall Street Journal ce lundi 10 juin 2019 indique que « plusieurs anciens responsables américains ont dit que le demi-frère, qui a vécu hors de Corée du Nord pendant de nombreuses années et qui n’avait aucune base connue à Pyongyang, ne serait probablement pas en mesure de fournir des détails sur le fonctionnement interne de ce pays secret ».

Avant la révélation de cette information par le Wall Street Journal, la correspondante du Washington Post à PékinAnna Fifield avait fait référence à cet état de choses dans son bouquin qu’elle a édité sur le chef d’Etat nord-coréen.  « Kim Jong-nam est devenu un informateur de la CIA […] Son frère aurait considéré que parler aux espions américains était un acte de trahison. Mais Kim Jong-nam leur a fourni des informations, rencontrant généralement ses officiers à Singapour ou en Malaisie », avait-elle écrit dans son livre intitulé The Great Successor.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom