Au Mali, trois soldats français ont été blessés vendredi dernier, à la suite de l’atterrissage d’urgence de leur hélicoptère. Une annonce confirmée par l’état-major des armées, qui ajoute en outre qu’une opération menée conjointement avec l’armée malienne était en cours au moment de l’incident qui, heureusement, n’a pas eu de graves conséquences.

Au cours de cette opération menée conjointement, dans le sud du Liptako malien tout près du Niger, une vingtaine de djihadistes ont ainsi été neutralisés par les forces armées. Jeudi et vendredi, les militaires français et maliens ont ainsi été appuyés d’un hélicoptère de combat Tigre ainsi que d’un avion de chasse Mirage et d’un drone Reaper. Face à la menace terroriste, un second hélicoptère, de type Gazelle, aurait ensuite été dépêché sur place afin d’appuyer les troupes au sol.

Trois militaires touchés lors d’un atterrissage forcé

Selon les premières informations, ce serait cet appareil qui aurait été contraint à se poser d’urgence. Touchés, les trois membres d’équipage ont ensuite été évacués afin d’être rapidement pris en charge. L’appareil, récupéré par les forces armées, serait quant à lui hors d’usage et difficilement réparable. Toutefois, cette perte matérielle ne doit en rien masquer le succès de la mission menée. Si les forces djihadistes ont été décimées, des motos ainsi que des moyens d’observations et de nombreuses armes.

Un conflit qui s’enlise

L’armée nigérienne elle, a été très utile au cours de cette opération. Ses nombreux renseignements ainsi que son assistance logistique auront été d’une aide non négligeable pour l’alliance franco-malienne. Une situation qui tend toutefois à prouver que le problème du terrorisme au Mali et dans la région en général, n’est pas encore près d’être réglé.

Malgré la présence de 4,500 militaires au Sahel, la France n’arrive pas à accélérer le mouvement. Le nord du Mali lui, est tombé aux mains des djihadistes au mois de mars 2012. Depuis, les violences ont migré vers le centre, avant de descendre dans le Sud, joignant même les conflits que peuvent connaître le Burkina ou encore le Niger.

Voir les commentaires
Loading...

1 COMMENTAIRE

  1. C’est tout le probleme du djihadisme qui s’enlise depuis plus de trente cinq ans…. Il n’y a pas de solution á part limiter les dégats et se protéger (comme les Romains en leur temps ). Bravo á nos soldats qui gardent le nouveau mur d’Hadrien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom