Nouvelle source de tensions entre Pékin et Washington puisque Vladimir Poutine a directement menacé les États-Unis de laisser expirer le traité START, sur le contrôle de l’utilisation d’armes nucléaires stratégiques, si ces derniers ne montraient aucune intention de le prolonger. Washington a jusqu’à 2021 pour faire un geste en direction de Moscou, au risque de voir Poutine, définitivement tourner le dos à ces réglementations.

Loading...

Dans les mots, le chef du Kremlin a été très clair. « Si personne ne souhaite prolonger l’accord START, alors nous ne le ferons pas […] Nous avons dit 100 fois que nous y étions prêts », a ainsi assuré Vladimir Poutine, à l’occasion d’une rencontre organisée du côté de Saint- Pétersbourg, en marge du Forum économique. Aujourd’hui, la Russie se sent visiblement un peu seule sur ce dossier, le président russe assurant par exemple que personne n’avait ouvert le dialogue afin de renégocier ce traité.

Moscou et Washington ont jusqu’ à 2021

Signé en 2010, ce traité START permet à la Russie et aux États-Unis, de mieux maîtriser et contrôler leurs arsenaux nucléaires et surtout, de les limiter bien en dessous de ce que les deux nations disposaient au moment de la guerre froide. L’idée ici est donc de structurer et surtout d’éviter de possibles débordements en cas de situation politique instable entre les nations. Arrivant à échéance en 2021, ce traité risque donc d’être abandonné si les principaux partis concernés venaient à le mettre entre parenthèses.

Les conséquences elles, pourraient être assez difficiles à gérer et assumer. En effet, dans le cas ou une escalade venait à survenir, la menace nucléaire représenterait de fait une alternative au dialogue. Dans un contexte compliqué où Moscou et Washington semblent avoir bien du mal à s’entendre sur de très nombreux sujets, certains experts y voient là une terrible nouvelle. D’ailleurs, le président russe est bien au fait de cette possibilité et n’a pas hésité à mettre en garde, « Il n’y aura plus aucun instrument limitant la course aux armements, avec par exemple l’envoi d’armes dans l’espace ».

Washington inquiète fortement

Du côté américain, la porte n’est toutefois pas totalement fermée même si l’inquiétude se fait vivement ressentir chez les démocrates et les républicains. En effet, Mike Pompeo a récemment affirmé que la Chine devait joindre le prochain traité START. Toutefois, il est aujourd’hui difficile de quantifier l’apport réel d’un tel accord puisque Moscou et Washington se sont accusés à diverses reprises d’avoir violé les lois en vigueur. Vladimir Poutine n’a d’ailleurs pas hésité à ordonner la création de nouveaux types de missiles terrestres d’ici deux ans, ajoutant au mois de février dernier que la Russie disposait d’armes « invincibles » qu’il pourrait très bien demander à déployer.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom