Ph d'illustration

Au Canada, il y a de ça une année, un véritable drame a été évité de justesse. En effet, le manque de contrôleurs aériens en charge de l’espace aérien de Montréal-Trudeau a bien failli coûter la vie à des centaines de personnes. Deux avions se sont rapprochés à une distance non-sécuritaire et non-réglementaire, naviguant sans se voir.

Ce constat lui, émane directement d’un rapport du BST, le bureau de la sécurité dans les transports. Rendu public mercredi dernier, ce dossier affirme qu’un Airbus A310 a failli rentrer en collision avec un petit Cessna. Les deux engins se seraient retrouvés « en deçà de 500 pieds (152 mètres) verticalement et de 1,7 mille marin (3148 mètres) latéralement l’un de l’autre ». Une situation relativement dangereuse qui aurait pu coûter la vie à des centaines de personnes.

Une pénurie de contrôleurs

La raison de ce soudain rapprochement elle, est assez simple. En effet, ce soir-là, sept contrôleurs ainsi qu’un surveillant auraient dû être en poste. Toutefois, en raison de diverses absences, ils n’étaient finalement que quatre contrôleurs et un surveillant. Résultat, il y eu une pénurie de contrôle notable et deux avions ont échappé à la vigilance des employés.

Une situation rarissime

Une situation de fait toutefois qualifiée de rarissime par Jean Lapointe, expert en aviation civile. En poste depuis près de 40 ans à Montréal, il s’agit même de la toute première fois qu’il assiste à ce genre de chose. « Plus on approche d’un aéroport aussi important que Montréal-Trudeau, le niveau de contrôle est encore plus élevé. » ajoute-t-il, affirmant en outre que les avions n’étaient pas vraiment sur le point d’entrer en collision, mais qu’ils étaient simplement entrés dans l’espace sécuritaire de l’autre.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom