La Fondation Friedrich Ebert a organisé un débat politique sur l’indépendance de la presse  hier mercredi 10 juillet à Cotonou. Journalistes et syndicalistes ont discuté de la question devant un public venu suivre les échanges.

“Il n’y a plus personne d’indépendant dans cette presse en tant que journaliste”

Selon le syndicaliste Anselme Amoussou, les béninois ont tendance à « regarder la liberté et l’indépendance de la presse par rapport uniquement à ceux qui sont au pouvoir, alors que cette indépendance et cette liberté doivent se regarder également par rapport à d’autres chapelles. Et finalement c’est qu’il n’y a plus personne d’indépendant dans cette presse en tant que journaliste» constate t-il. Vincent Foly, le directeur de publication du journal La Nouvelle Tribune n’a pas eu un point de vue tranché sur la question comme le syndicaliste.

“L’indépendance n’est jamais totale”

Il reconnaît que l’indépendance n’est jamais totale en journalisme parce qu’elle dépend de la capacité des médias à s’autofinancer et c’est « là où le bât blesse » regrette t-il. Notons qu’en marge de ce débat politique, la fondation Friedrich Ebert a procédé au lancement du baromètre africain des médias Bénin 2018. C’est un document qui analyse et évalue l’environnement médiatique béninois .

Voir les commentaires
Loading...

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom