Getty

La Russie a livré un dispositif d’armement de défense antiaérienne à la Turquie, à partir d’hier vendredi. Cette transaction de missiles S-400, crée de vives inquiétudes du côté de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Cette dernière s’inquiète du fait que cette livraison de missiles russes ait des impacts négatifs sur les autres armements fournis à la Turquie par d’autres états membres de l’OTAN dont les USA.

Le principe d’interopérabilité de l’OTAN

Certains membres de l’OTAN dont les Etats unis d’Amérique, avaient vendus des armes à la Turquie. Notons que, tous les états de l’OTAN respectent le principe d’interopérabilité en ce qui concerne l’armement. Ce principe exige que tous les systèmes d’armement fonctionnent avec les autres systèmes existants ou futurs et ce sans restriction d’accès.

L’OTAN craint donc le fait que cette livraison d’armes russes à la Turquie, permette aux russes de se renseigner sur les autres armes venant de certains de ses pays membres. Le Kremlin pourrait avoir accès aux autres armes des pays de l’OTAN, à condition que la Turquie les connecte. Rappelons que le S-400, pour certains spécialistes, est comparable au dispositif militaire américain « Patriot », mais moins cher.

Voir les commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. Deja la Turquie achete son materiel ou elle veut , ensuite le S400 est donner largement superieur au patriot , aussi bien en portee qu’en precision .

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom