Alors que l’Iran et les autres signataires de l’accord sur le nucléaire, en 2015, se sont mis d’accord sur un document visant à définir les règles concernant la course iranienne à l’arme nucléaire, les récentes décisions du président Trump semblent avoir jeté un froid sur le traité de Vienne. Souhaitant un accord plus dur encore pour l’Iran, Washington a tout simplement décidé de s’en dissocier.

Loading...

Résultat, depuis plusieurs mois maintenant, les tensions entre Washington et Téhéran se font vives. Entre attaques, messages et sanctions économiques, les deux nations ne se font aucun cadeau. Aujourd’hui, seuls quelques pays tentent de tout faire afin de préserver l’accord signé en 2015, dont la France. D’ailleurs, Javad Zarif était récemment de passage à Paris. L’occasion pour lui, de rencontrer le président Macron, dont il a dressé un portrait élogieux.

Macron marque des points en Iran

Selon lui, Paris fait de son mieux afin de préserver le traité signé. « Cet accord est fondé sur des engagements mutuels, réciproques. L’Iran a maintenu ses engagements, mais les États-Unis ne l’ont pas fait, ils se sont retirés de l’accord » explique ainsi l’un des hommes forts du gouvernement iranien. Selon lui, les Européens sont aujourd’hui sous pression américaine, mais tiennent bon et de nombreux scénarios sont évoqués. Les prochaines élections américaines de 2020 pourraient d’ailleurs changer énormément de choses et c’est à ce titre que la possibilité de voir Washington revenir dans l’accord a été évoquée.

Trump, moqué et pointé du doigt

Ce dialogue avec la France a ainsi été très constructif et Zarif a confirmé que le président Macron allait continuer à travailler dans le sens du dialogue. En revanche, un homme seul peut tout bloquer et c’est d’ailleurs ce qui se passe actuellement. Le président Trump n’hésite pas à critiquer ouvertement les stratégies actuellement en place et souhaite un accord plus ferme et plus restrictif pour l’Iran. Problème, pour Téhéran l’accord est déjà poussé et Zarif semble même penser que Trump ne l’a jamais lu. « Je pense que peu de personnes ont lu cet accord. Je ne blâmerai pas le président Trump s’il ne l’a pas lu, mais je pense qu’il devrait le faire. »

Une manière de moquer sa politique et sa diplomatie d’autant que cet accord est en « libre- consultation » puisqu’il émane directement du Conseil de sécurité de l’ONU. « C’est un document du conseil de sécurité. L’un des plus longs documents jamais voté par le conseil de sécurité. » affirme ainsi le représentant iranien. Aujourd’hui la situation semble donc être très claire et Téhéran espère que la France saura négocier avec ses partenaires afin de faire en sorte que la situation se débloque. Le G7 actuellement en cours à Biarritz devrait permettre d’en apprendre un peu plus.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom