Les résultats de l’évaluation des établissements privés d’enseignement supérieur en Côte d’Ivoire sont connus. Dans le classement publié le 5 août 2019 par la direction générale de la qualité et des évaluations, l’Institut CERCO s’est décroché une place dans le top 5 des meilleures universités.

Loading...
L’université privée du Dr Alain Capo Chichi occupe l’un des premières marches de l’excellence en Côte d’Ivoire. Dans le classement des établissements privés d’enseignement supérieur au titre de l’évaluation 2018 rendu public le 5 août dernier par la direction générale de la qualité et des évaluations en Côte d’Ivoire, l’Institut CERCO est arrivé 4è avec une moyenne de 16,9/20. C’est sur 274 établissements évalués.

Curieusement au Bénin, cette université est rejetée par le ministère béninois de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Elle est mise sur la liste de 103 établissements à fermer au Bénin, rendue publique le 21 août dernier par la commission d’agrément et d’autorisation. C’est quand même un paradoxe.

De la rupture aussi d’avec l’évaluation de la qualité ?

Quelle évaluation de qualité le Bénin a-t-il fait à propos, avec des critères bien définis et conformes aux normes en la matière ? La ressource humaine que cet institut met sur le marché est-elle de mauvaise qualité ? Quelle est le niveau des étudiants sortis de CERCO par rapport à ceux des établissements ‘’bons élèves de la rupture’’ ? On parle plutôt d’agrément et/ou d’expiration d’autorisation. L’agrément passerait avant la qualité même si vous aviez l’autorisation. Le gouvernement dit la « rupture » au Bénin a le génie de créer ses méthodes d’évaluation et dites d’assainissement dans le secteur de l’enseignement.

Victime de cela, le président du Groupe CERCO prend acte et décide d’offrir aux étudiants inscrits sur ses sites béninois, des facilités pour poursuivre leurs études en Côte d’Ivoire, Burkina Faso, France et en Chine où l’excellence de son établissement est reconnu et célébré.

Il va en effet réserver le site du Bénin à la Fondation du Groupe et au centre régional d’incubation et d’innovation ouvert pour le prototypage et l’accompagnement des projets des jeunes entrepreneurs. Il devra se contenter de cela chez lui. « Nul n’est prophète chez soi » surtout, pas à la touche de la « rupture » quand on est désormais au Bénin.

Voir les commentaires

13 Commentaires

  1. Tout ceci parcequ’il mettait en cause les décisions du ministre de l’éducation sur le système lmd. Ce régime de *** fait pitié

  2. Allez visiter le siège de cet établissement à Cotonou et vous m’en donnerez des nouvelles. Pour se défendre, je croyais qu’il fallait donner le nombre de ses enseignants qualifiés, et les résultats de l’établissement aux examens nationaux pendant les trois dernières années. Les Béninois veulent une chose et son contraire à la fois…

  3. Quel rapport y’a-t-il entre une sanction concernant une école privée en Cote D’Ivoire et une autre école privée au Bénin. Intellectuellement, je pense qu’il n’a pas dissertation. CERCO, trouve nous d’autres justificatifs plus soutenables.

  4. Quel rapport y’a-t-il entre une sanction concernant une école privée en Cote d’Ivoire et une autre école privée au Bénin ? Je pense que pour sa défense, CERCO doit nous proposer mieux que ça. Simple avis.

  5. Mais ; qu’il aille foutre sa merde en côte d’Ivoire
    Vous croyez que le niveau universitaire en CI est Supérieur au nôtre ????
    Franchement vous publiez n’importe quoi à cause de vos orientations politiques
    Ce qui n’honore pas le débat intellectuel
    Je passais
    Le Plombier

    • JOE LEPLOMBIER je t’emmerde. Le niveau universitaire est nettement plus élevé en Côte d’Ivoire qu’au Bénin.
      Tu as combien d’agrégés de médecine au Bénin? Les ratios d’encadrement en fac de médecine, de pharmacie, de sciences, de droit de lettres au Bénin sont nettement inférieurs à ceux de notre belle Côte d’Ivoire depuis des années. Il faut juste reconnaitre que les nombreux profs de maths et de lettres sont partis du Dahomey et sont venus nous former ici. Désormais nous sommes mieux outillés. Kérékou I maltraitait les intellectuels dahoméens, qui venaient se réfugier en Côte d’Ivoire.
      Même le papa de Joeleplombier était cuisinier chez un coopérant français qui habitait la Riviera golf. Il dormait à Abobo et venait travailler à la Riviera en pédalant son vieux vélo
      Tête de maboul

    • En quoi ce qui est dit dans l’article fait une comparaison des systèmes éducatifs ivoirien et beninois?
      C’est l’école que tu (soi-disant “joe le plombier”) as fréquentée qu’on devrait auditer. Parce que, franchement, tes posts reflètent un désordre cognitif indescriptible, indigne de quelqu’un qui a reçu la moindre instruction.
      Tu devrais t’abstenir d’intervenir dans les débats intellectuels parce que tu es toujours hors sujet.

  6. «L’agrément passerait avant la qualité même si vous aviez l’autorisation», absolument nous sommes dans une République. Par conséquent, lorsque vous êtes compétents et qualifiés la moindre des choses que nous vous demanderons dans la République est de respecter nos lois.

    Pour continuer dans la longue liste des questions rhétoriques,
    n’est-il pas curieux qu’un établissement tel l’institut CERCO, après toutes ces années d’existence, n’est pas parvenu à obtenir un agrément ?

    Ops on vient de me souffler que c’est un document «inventé de toute pièce». hahaha

  7. Je dirais à Capo-Chichi de continuer d’avancer comme il le fait. Ceux qui l’ont disqualifié au Bénin ne connaissent rien à l’informatique telle qu’elle est étudiée et pratiquée aujourd’hui.
    Pfufff! Ces gens-là sont en dessous de tout.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom