Opposés à l’évaluation diagnostique des enseignants Ace 2008, les syndicats des enseignants du supérieur ne veulent pas que leurs membres aient quoi que se soit à avoir avec l’initiative. Dans une note sortie ce vendredi 23 août 2019, l’intersyndicale des enseignants des Unb invite les enseignants concernés à ne pas cautionner cette évaluation dont les raisons réelles sont toujours inconnues.

Loading...

L’intersyndicale des enseignants des Universités nationales du Bénin (Unb) n’adhère toujours pas à l’idée de l’organisation d’une évaluation diagnostique à l’endroit des Ace de la promotion 2008 du primaire et du secondaire. Quelques jours après avoir dénoncé cette initiative du gouvernement, l’intersyndicale par le bais d’un communiqué signé de cinq de ses membres, a, ce vendredi 23 août 2019, lancé un appel aux enseignants du supérieur afin qu’ils ne participent d’une manière ou d’une autre au cautionnement de l’évaluation prévue pour demain samedi 24 août 2019.

Dans leur note, le Syndicat National de l’Enseignement Supérieur (Snes), le Syndicat Autonome de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (Synares), le Syndicat National des Hospitalo-Universitaires du Bénin (Synhub), le Syndicat des Enseignants et Chercheurs de l’Université de Parakou (Secup) et le Syndicat National des Enseignants-Chercheurs et Chercheurs (Snecc-Bénin), ont appelé les enseignants du supérieur à ne pas cautionner cette initiative à travers quelques actes que ce soit. « Suite à sa déclaration du 19 août 2019, la Coordination de l’Intersyndicale des Unb demande expressément aux collègues enseignants du supérieur de se démarquer de toute manœuvre de nature à porter un coup au système éducatif national, telles les mesures controversées que ne cesse de prendre au jour le jour le gouvernement de la rupture depuis son avènement. L’intersyndicale invite par conséquent les collègues à ne pas cautionner d’aucune manière cette ignominieuse évaluation dont la motivation réelle demeure cachée et qui, du reste, ne contribuera pas à régler les nombreux problèmes de l’école béninoise », a incité l’intersyndicale.

Voir les commentaires

3 Commentaires

  1. c’est acté…que je suis un opposant..déterminé de la rupture…que je considère comme une tromperie…

    je ne suis pas partisan..de yayi et de ses amis au pouvoir au benin…

    sabi sira korogoné…delaure faton….me paraissent…des bons éléments.pour notre pays

  2. “diviser pour mieux régner…”
    Je ne comprend pas pourquoi ce syndicat apporte son eau à ce moulin. Le tour des enseignants du supérieur viendra avec les réformes promises pour l’enseignement supérieur et professionnel

    L’égoïsme conseillé par ce syndicat est exactement ce qui a permis à tout le corps politique d’être défait au Bénin.
    Lorsque les syndicats étudiants ont été dissous, ni les professeurs, ni les travailleurs n’ont bougé,
    lorsque les maires se sont faits dessouder un par un, les partis politiques nationaux n’ont pas bougé,
    lorsque les 19 députés se sont opposés à la réforme constitutionnelle, la majorité les a laissés s’exposer seuls
    A l’arrivée, ils se retrouvent tous éjectés ou poursuivis.

    \\\\///
    (@_@)

    • mea culpa une fois de plus : le titre laisse vraiment penser le contraire de ce qui est écrit dans l’article. et à cette heure-ci, je n’ai pas encore les yeux en face des trous…

      \\\///
      (^_^)

      Je pense que tous les enseignants ont intérêt a obtenir des garanties fermes sur la conduite des réformes nécessaires, et sur leurs conséquences pour les carrières des enseignants

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom