Par un communiqué en date du 21 août 2019, la Conférence épiscopale du Bénin réagit après l’information relayée par Rfi faisant état d’une suspension de la médiation entreprise par l’Eglise dans le cadre de la crise politique au Bénin. Mais, le communiqué reste flou sur des éléments donnés par le média.

La Conférence épiscopale du Bénin se dit « surprise » d’avoir suivi « sur les antennes de la Radio France Internationale, le mercredi 21 août 2019, un élément faisant état de la suspension de la médiation entreprise par elle, dans le cadre de la résolution de la crise politique que travers e notre pays, le Bénin».

Dans le communiqué signé du Père Eric Oloudé Okpéïcha, directeur de la cellule de communication de la Conférence épiscopale du Bénin, il est indiqué que la « mission de médiation (est) toujours en cours selon la disponibilité des uns et des autres» et que la Conférence n’a fait aucune communication à propos ces jours-ci. La conférence, « renouvelle sa disponibilité à prier et œuvrer pour le retour de la cohésion sociale et de la réconciliation entre les fils et filles du Bénin».

Encore des points d’ombre

Dans ce communiqué, la cellule de communication a manqué de dire au peuple béninois s’il y a eu effectivement deux demandes d’audience de la Conférence épiscopale envoyée à la présidence et qui sont restées sans suite. «Le clergé a du mal à obtenir pour l’instant un rendez-vous avec le chef de l’Etat. De bonnes sources, on indique que deux demandes d’audience ont été introduites le 28 juin et le 19 juillet derniers» a relayé Rfi hier. Mais nulle part dans le communiqué, la conférence n’a démenti avoir introduit ces demandes sans suite.

Après avoir rencontré les acteurs politiques et la société civile, la Conférence n’a-t-elle pas des difficultés à rencontrer le président Talon, ce qui l’amène à observer une pause ? Quand on fait le point des rencontres, on se rend compte que les médiateurs ont déjà rencontré le président de la Cour constitutionnelle, le président de l’Assemblée nationale, la société civile, les deux partis proches du chef de l’Etat, les forces de l’opposition.

Visiblement, il ne reste que le président de la République à qui les médiateurs, selon Rfi, veulent faire le point des premières rencontres. La cellule de communication a passé sous silence ces points de l’information à laquelle elle a voulu réagir. Est-ce parce qu’elle aurait été interpellée par l’un des protagonistes suite à cette information et qu’il fallait répondre rapidement ?

Voir les commentaires

4 Commentaires

  1. “”””””””””Est-ce parce qu’elle aurait été interpellée par l’un des protagonistes suite à cette information et qu’il fallait répondre rapidement ?“””””””””. PURE PARANOIA

  2. Tiens , le démon agadjavi surgit du bénitier , il sent le souffre ; et oui nos évêques avec talon , n’ont pas besoin de diplomatie , ils doivent être directs , ce talon ” deugard ‘ irrespectueux ” irrévérencieux “

  3. Puisqu’ils disent ne pas avoir suspendu leur mediation, vous voulez qu’ils vous convainquent sur quoi et comment. Reconnaissez que vous êtes tombés pieds joints dans le panneau des Fake News made in Rfi et on passe à autre chose.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom