© Backgrid USA / Bestimage

Une attaque qui ne passe pas du tout auprès de la communauté internationale. En effet, une attaque de drone, revendiquée par les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran et engagés dans une guerre sans fin au Yémen, a été perpétrée ce samedi. Cette offensive, la troisième du genre en l’espace de cinq mois seulement, n’a heureusement pas eu de répercussions humaines.

En revanche, des installations pétrolières ont été largement endommagées. En effet, les rebelles Houthis visaient plusieurs postes clés du géant de l’énergie Aramco. Une manière pour ces derniers de riposter à l’engagement saoudien au Yémen, Riyad oeuvrant aux côtés des forces émiratis afin de contenir les Houthis et par ricochet, Téhéran, qui leur apporte un soutien financier et logistique important.

MBS souhaite réagir

Face à cette déconvenue, le prince héritier saoudien Mohamme Ben Salmane n’a d’ailleurs pas tardé à réagir. Selon lui, le Royaume d’Arabie Saoudite dispose de « la volonté et la capacité » de répondre à cette attaque et envisage sérieusement de répliquer. Il faut dire que le coup est rude pour Riyad qui voit ici de deux ses installations pétrolières stratégiques être fortement endommagées. Au cours d’une discussion téléphonique avec le président américain Donald Trump, ce dernier a d’ailleurs confirmé être sur le qui-vive.

Mike Pompeo accuse Téhéran

De son côté, la Maison blanche n’a pas tardé à elle aussi réagir, pointant du doigt l’Iran. C’est effectivement via Twitter que le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a directement accusé Téhéran d’être derrière cette attaque. « L’Iran a lancé une attaque sans précédent contre l’approvisionnement énergétique mondial », a-t-il notamment affirmé. À la suite de cette attaque, le Royaume a été forcé d’annoncer la réduction de sa production de brut par jour, de près de 50%.

Voir les commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. Il est tout à fait licite que le Yémen envoie ses missiles vers l’Arabie Saoudite. Les Yéménites sont agressés depuis 2015 et il est logique qu’ils se défendent. Cette fois ils ont tapé “dans le mille”!
    Le prix du pétrole montera, les sanctions contre l’exportation du naft iranien aideront à maintenir le niveau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom