Le Président Talon a rencontré ce jeudi au Palais de la Marina, la Conférence des présidents de l’Assemblée nationale du Bénin au sujet des conclusions et recommandations de son dialogue politique qui s’est déroulé la semaine dernière à Cotonou. L’ex député à l’Assemblée nationale Saka Fikara réagit et parle d’une violation de la constitution.

Que pensez-vous de la convocation ce jour de la Conférence des présidents de l’Assemblée nationale par le Chef de l’Etat au Palais de la marina ?

La Constitution est carrément mise de côté. Talon se comporte comme le président de toutes les institutions du Bénin. La Conférence des présidents est une structure constitutionnelle d’une institution de contre pouvoir et donc ne saurait obéir au doigt et à l’œil du président de la République. Dans notre constitution, le président de la République ne s’adresse à l’Assemblée nationale que par discours sur l’état de la Nation et l’Assemblée nationale peut s’inspirer de son discours pour ses travaux.

Qu’est-ce que Talon aurait pu faire en tant que chef de l’Etat ?

Ce que Talon aurait dû faire pour ne pas ridiculiser le pays et sa constitution, c’est de faire ce que tout président “démocrate” d’un pays de démocratie aurait fait. Convoquer à la Présidence sa majorité parlementaire en consultation, et non convoquer une structure entière de l’Assemblée nationale à la Présidence de la République. Mais dans ce cas actuel, c’est les 83 députés qu’il lui fallait convoquer. Ça lui aurait fait un peu “république bananière” aux yeux de l’international qu’il redoute. Donc Talon a préféré la violation de la constitution que d’être la risée nationale et internationale.

Qu’est-ce qui risque de se passer après cette rencontre inconstitutionnelle entre Talon et les présidents de commissions parlementaires ? L’opposition va-t-elle rester sans réagir ?

Ce qu’il aurait fallu faire, c’est d’envoyer un projet de loi à l’Assemblée nationale avec comme argumentaire les raisons et les conclusions de leur fameux dialogue. Un petit projet de loi de 2 ou 3 articles suffirait pour résoudre le problème. 1- Un premier article pour amnistier des détenus politiques et les exilés politiques, et l’annulation de toutes les poursuites contre les opposants et surtout les jeunes en fuite etc.

Rencontre avec la conférence des Présidents : Talon pris en fragrant délit de violation de la constitution

2-La suppression de toutes les lois qui sont à l’origine de la destruction de tout notre édifice démocratique et des libertés générales et individuelles. Entre autres, les lois sur le code électoral, la charte des partis et le code pénal, la loi sur le renseignement, la loi sur le code numérique, etc. La résolution des problèmes actuels n’a pas besoin qu’on modifie la constitution. Si Talon veut la paix, qu’il évite de toucher à la constitution par ses 83 députés.

Voir les commentaires

8 Commentaires

  1. suite n2..

    Quant à la dite résistance…médiatique et de communication…eh bien…je dis qu’elle va disparaitre…tant qu’elle ne présente..au peuple des méthodesopérationnelles…pour atteindre leur but

    Alors donc…deux situations peuvent se présenter..

    1.las..le peuple versera dans le fatalisme,le défaitisme….
    2..des paramètres endogènes et exogénes..imprévus…viennent tout ***..par surprise

    Je pense à cette option…et je ne suis pas le seul

  2. Arguments implacables de fikara qui me semble t-il n’est pourtant pas grand juriste ; topanou , sossa , rapporteur et médiateur ” nommé ” surtout grand juristes , qu’en pensez-vous ? Ce *** “*** ” président par éffraction , par ruse , et accident va t il toujours vous mener par le bout de nez avec l’*** vo.lé du pays ?
    Jojo , ici c’est du droit qu’il s’agit , pas de plomberie , compris ?

  3. les beninois…qui à tort pensent que nous avons une const.. de.90 en vigueur..se trompent…

    Il suffit de voir…qu’apres holo…elle ne fonctionne plus….et batoko l’a dit sans avoir le courage d’aller au bout..

    Ainsi donc…qu’elle soit changée ou pas celà n’a aucune forme d’importance..

    Aussi..je dirai que la naiveté des leaders politiques…est criarde..

    En effet…certains ont pensé..que le decret interministériel..interdisant des actes d’autorité émane des deux dits ministres….

    La vérité…c’est celui devant qui..on va faire recours qui est l’inspirateur…et qui les a rassuré…

    La preuve…c’est lui qui leur a dit..de ne pas se présenter..devant la cour..pour s’expliquer..puisque rien ne les y obligent

    C’est celà..les manifestations de la ruse et de la rage…

    à Suivre 2

  4. Laissez moi douter..de l’expertise que s’attribut notre dite élite du quartier latin de l’afrique…!!

    Il faut etre un observateur fin doublé d’une capacité de discernement..meme à6000km..pour savoir que l’*** n’existe plus depuis..

    La ruse et la rage..et les officines..ont élaboré briques par briques…un autre état…avec ses propres inst…et c’est avec celà que nous sommes dirigés

    A suivre

  5. Chacun y va de ses commentaires
    La racaille politicienne parle de paix et de peuple
    Ces-gens parlent au nom de qui ?????
    Ce Fikara de rien du tout y met aussi son grain de sel en parlant de violation de la constitution
    Voilà Fikara professeur de droit constitutionnel
    Un pauvre type
    Je passais
    Le Plombier

  6. Qui dit mieux? Ces gens qui nous dirigent sont d’une bouffonnerie crasse. Mais ignorer la force réelle du peuple et je sais que c’est le peuple qui aura le dernier mot.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom