AFP PHOTO / John MACDOUGALL

En août dernier, le Nigéria fermait ses frontières terrestres avec le Bénin et le Niger. La raison officielle brandit par Abuja, est la lutte contre la contrebande. Plus de deux mois après, c’est le statu quo. Une situation qui n’est pas sans conséquence sur l’économie des deux pays voisins.

Si le Bénin ne s’est pas encore décidé à évoquer les chiffres des pertes occasionnées par cette fermeture des frontières, le Niger l’a déjà fait. En effet, alors qu’il recevait mardi une délégation du Fonds monétaire international (FMI), le ministre nigérien des finances a indiqué que son pays avait connu une baisse des recettes douanières à cause de la situation. Une baisse estimée à « une quarantaine de milliards de francs Cfa ».

Le coup de main des partenaires

Pour amortir un peu le choc, Mamadou Diop annonce que les partenaires du Niger ont mis à la disposition du pays des ressources supplémentaires « dont une partie viendra compenser la baisse des recettes » constatée. Signalons que le Niger partage une frontière de plus de 1500 kilomètres avec le géant voisin de l’Est. Avant la fermeture des frontières qu’il a commun avec ce pays, le Niger tablait sur des recettes douanières de l’ordre des 241 milliards de francs Cfa pour 2019. Le pays faisait ces prévisions en février dernier.

Fermeture des frontières du Nigéria : Les propriétaires des camions vont payer cher après la levée de la décision 

Il faut rappeler que le président Mahamadou Issoufou et son homologue béninois Patrice Talon doivent rencontrer ce jeudi à Abuja, le numéro 1 nigérian Muhammadu Buhari. Cette rencontre recommandée par la Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) porte sur la réouverture des frontières nigérianes. Elles ont été fermées depuis le 20 août dernier.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom