Nous sommes le 15 octobre 2019. Ce jour-là, Laeticia Hallyday affirme vouloir faire la paix avec les enfants de son époux, Johnny, décédé quelques mois plus tôt. En effet, dès la mort de ce dernier, une véritable lutte interne a éclaté au sein du clan, afin de savoir à qui revenait l’héritage du rockeur disparu.

Cependant, ce qui semble être une main tendue, pourrait être motivée par une envie de mettre fin à une situation financière franchement délicate. En effet, la famille Hallyday croule sous les dettes et a vite intérêt à s’entendre le plus rapidement possible si elle ne souhaite pas avoir à payer encore et toujours plus. Si le patrimoine de la star est estimé à 40 millions d’euros, le fisc lui, lui en réclame pas moins de 30.

Johnny Hallyday, un homme endetté

En 2007, le bureau des recouvrements découvre en effet que la star française a opéré pour divers montages financiers douteux lui permettant de ne payer qu’une petite partie de ses impôts. Aujourd’hui, le fisc lui réclame donc la somme dans sa totalité, assortie d’intérêts. Résultat, la dette ne fait que s’allonger et les héritiers vont devoir s’acquitter de ce montant comme l’explique la loi française.

Avocat fiscaliste, Me Isal explique que la dette est, dans le droit français, considéré comme un actif qui est transmis d’une partie à une ou des autres. Résultat, « Il peut y avoir une répartition des actifs entre les héritiers et auquel cas les héritiers se répartiront également la dette ». Aujourd’hui, il est donc dans l’intérêt de tout le monde de s’entendre afin de n’avoir à payer que le moins possible. Un premier rendez-vous est prévu le 6 novembre prochain, avant qu’un second ne soit organisé le 12 décembre.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom