© Backgrid USA / Bestimage

Alors qu’il est actuellement visé par une procédure de destitution, le président américain Donald Trump a surpris son monde en affirmant qu’il était prêt à venir témoigner au Congrès après que l’opposition le lui ait demandé. Une sortie inattendue qui, si elle venait à se concrétiser, pourrait bien relancer ce dossier déjà bien houleux. 

Sur Twitter, Trump a confirmé l’information, affirmant que Nancy Pelosi lui avait demandé de témoigner, et ce, même par écrit. Assurant aimer l’idée, ce dernier a ajouté qu’il était temps pour lui de mettre fin à cette chasse aux sorcières et permettre au Congrès de se reconcentrer sur les affaires courantes. Une réponse qui intervient alors que la patronne des démocrates avait fustigé l’attitude du président américain, ajoutant que si ce dernier n’était pas content, il n’avait qu’à venir témoigner sous serment.

L’enquête avance, la procédure également

« Il peut aussi le faire par écrit, il a les moyens de défendre son dossier », avait-elle ensuite ajouté. Une attaque assez franche de la part de la numéro trois de la nation, d’habitude soucieuse de préserver un certain équilibre. Cependant, il semblerait que, cette fois-ci, les démocrates soient assez sûrs d’eux. Pour rappel, le quarante-cinquième président des États-Unis est accusé d’avoir usé de ses pouvoirs afin de pousser l’Ukraine à ouvrir une enquête sur le candidat démocrate Joe Biden, favori pour les prochaines présidentielles.

Trump, prêt à témoigner ?

Face à cette menace, les démocrates ont ainsi décidé de lancer une procédure de destitution par la voix de la Chambre des représentants, qu’ils contrôlent. Selon eux, le président Trump aurait menacé l’Ukraine de geler une aide militaire de 400 millions de dollars si le gouvernement ne faisait rien pour faire tomber Biden, ou tout du moins, l’embêter. Durant six semaines, les principaux acteurs engagés dans ce dossier, ont ainsi été entendus à huis clos. Désormais, les auditions ont lieu de manière publique et de nombreux rebondissements sont donc attendus d’autant que la Maison Blanche a décidé d’interdire ses proches collaborateurs de témoigner.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom