La révision de la constitution, on continue d’en parler encore au Bénin. Si les acteurs de cette révision en l’occurrence les députés tentent de vanter les innovations de leur œuvre, ils peinent semble-t-il à convaincre tout le monde. Sadikou Alao, le président de Gerddes-Afrique fait partie de ces béninois qui ont du mal à accepter les arguments avancés par les parlementaires  issus de cette 8e législature contestée.

Interrogé par la chaîne VOA Afrique, il estime que cette révision de la Constitution, compte tenu des changements qu’elle apporte, reste un travail bâclé. « Je pense sincèrement que c’est un travail précipité et bâclé. On vous dit qu’on a créé désormais un poste de vice-président de la République parce qu’on veut coupler les élections. Est-ce qu’un travail de cette importance peut être bâclé au point où ce ne soit qu’une discussion entre deux ou trois personnes » s’interroge l’avocat.

Qu’est-ce que le poste de vice-président cache?

Il semble d’ailleurs très préoccupé par le poste de vice-président inséré désormais dans la loi fondamentale. L’homme en toge se demande ce que cela « cache ».  Rappelons que Me Alao n’approuvait déjà pas la façon dont le dialogue politique ayant conduit à cette révision de la constitution a été mené. Il confiait  à Lnt en début du mois d’octobre, qu’il n’y a pas de normes figées en matière de dialogue.

Dialogue politique au Bénin: «L’invitation n’est pas à la hauteur des enjeux», selon maitre Sadikou Alao 

Il y a des normes qui conviennent à chaque situation précise, selon lui. Donc, le dialogue auquel Patrice Talon a convié certains leaders politiques, « il faut dire que l’invitation n’est pas à la hauteur des enjeux ». Il fallait de son point de vue, inviter tous les acteurs qui sont capables d’y apporter une certaine contribution. « Historiquement le clergé et les religieux ont toujours joué un rôle très important au Bénin. La société civile a toujours joué un rôle incommensurable. Les politiciens ne sont pas la catégorie la plus fiable » jugeait-il.

Voir les commentaires

3 Commentaires

  1. “Les politiciens ne sont pas la catégorie la plus fiable” voilà la conclusion, si non nous n’en serions pas là!!!
    Patrice TALON a peur, il n’est pas sérieux et il est conscient qu’il n’est pas sérieux, c’est pourquoi il fait tout en cachette en surprenant comme un v o l e u r.

  2. Alao a toujours quelque chose à rajouter
    Alao n’a jamais été une tête pensante dans ce pays
    Alao n’est même pas un ténor du barreau de Cotonou
    Et pourtant ; lnt lui donne une importance incompréhensible
    Alao ne tient même pas au prétoire en face d’un avocat stagiaire
    Arrêtez avev cette vieille musique
    Je passais
    Le Plombier

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom