Roman Polanski, une nouvelle fois accusé de viol. En effet, l’ancienne actrice française, Valentine Monnier, affirme qu’en 1975, le réalisateur polonais aurait abusé d’elle, plongeant une nouvelle fois le monde du cinéma français dans la tourmente. De son côté, Polanski nie en bloc les accusations dont il fait l’objet, ajoutant qu’il prendrait la parole dans les prochains jours.

La situation se tend autour de Roman Polanski. En effet, alors que ce dernier est attendu du côté du festival de la Mostra de Venise afin de présenter son dernier film, sa venue a suscité une certaine gêne, une certaine polémique. Lucresta Martel, présidente du jury d’origine argentine, avait d’ailleurs confirmé ne pas vouloir célébrer Polanski et son cinéma, à cause notamment des soupçons de viols qui pèsent à son encontre depuis plusieurs années maintenant. 

Polanski, en eaux troubles

Aujourd’hui, ces révélations viennent au pire des moments pour lui, qui se retrouve plus que jamais pointé du doigt. En effet, selon l’ancienne actrice et photographe, le réalisateur aurait abusé d’elle alors qu’elle n’était âgée que de dix-qui ans. La prise de conscience face aux agressions sexuelles continue donc et le récent témoignage d’Adèle Haenel, qui a dénoncé il y a quelques jours des attouchements perpétrés à son encontre par Christophe Ruggia ont convaincu la jeune femme d’elle aussi, raconter son histoire. 

Aucune plainte ne sera cependant déposée par Valentine Monnier, le délai de prescription ayant été dépassé. Cependant, la victime présumée a pu recevoir le soutien de ses collègues, à commencer par Adèle Haenel qui dans un long message posté sur les réseaux sociaux a confirmé totalement soutenir Valentine Monnier. “Je la crois” a-t-elle ainsi affirmé, ajoutant que sa démarche forçait le respect au vu de la puissance et du pédigrée de son agresseur présumé.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom