Bombardement d’un train : Moscou dément et dit avoir repoussé une attaque

Photo : AFP

Les autorités ukrainiennes ont dit avoir détruit des armes russes. Selon les informations rapportées dans la soirée d’hier, lundi 20 mars 2023, par le ministère ukrainien de la Défense, une frappe a ciblé un train qui transportait plusieurs missiles de croisière russes « Kalibr », dans la ville de Dzhankoi, en Crimée. La frappe a été confirmée par la Russie. D’après les informations rapportées par le média américain, CNN, Sergei Askyonov, chef russe de la Crimée, a confirmé l’attaque, tout en soulignant qu’elle a endommagé deux bâtiments et blessé une personne.

Les positions russes en Crimée ont plusieurs fois été ciblés

Si les autorités ukrainiennes n’ont pas vite revendiqué l’attaque, elles ont toutefois indiqué qu’elle a pour but de « démilitariser davantage la Russie et à préparer la péninsule de Crimée à la désoccupation ». Cependant, l’information a été démentie par la Russie, qui a indqiqué avoir repoussé une attaque de drones ukrainiens hier lundi. Lundi soir, « la défense antiaérienne a repoussé une attaque de drones près de la ville de Djankoï », a indiqué dans un communiqué le Comité d’enquête russe. « Les cibles de tous les drones abattus étaient des infrastructures civiles » a-t-il ajouté. Notons que ce n’est pas la première fois que Kiev cible des positions russes en Crimée.

Publicité

Depuis le début de l’« opération spéciale » lancée par la Russie contre l’Ukraine, en 2021, les autorités de Kiev ont, à maintes reprises, ciblé des positions russes se trouvant sur le territoire annexé, quelques années plus tôt, par Moscou. Pour rappel, l’Ukraine n’a pas l’intention de laisser la Crimée à la Russie. L’année dernière, Le président ukrainien Volodymyr Zelensky au cours d’une récente déclaration rapportée par le média britannique BBC a affirmé que son pays l’Ukraine ne va pas renoncer à la Crimée. « La Crimée est ukrainienne et nous n’y renoncerons jamais » avait déclaré le président ukrainien, estimant que le conflit opposant la Russie à l’Ukraine a pour source la Crimée. « Nous n’oublierons pas que la guerre russe contre l’Ukraine a commencé avec l’occupation de la Crimée (…) Cette guerre russe (…) a commencé avec la Crimée et doit se terminer avec la Crimée – avec sa libération » avait-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité