Les USA espionnent un de leurs alliés, et ça finit mal !

La tension est montée ces derniers jours entre les États-Unis et l’Espagne. Une affaire d’espionnage est la cause de la brouille. Qu’en est-il au juste ? Madrid a expulsé deux espions américains qui avaient réussi a infiltré le cœur des services secrets espagnols. D’après les médias ibériques, les deux espions ont été recrutés au sein du Centre national du Renseignement (CNI).

Toujours selon les médias locaux, les USA ont fait appel à ces deux espions pour qu’ils dérobent des documents ultraconfidentiels. Ces données confidentielles furent ensuite transmises à Washington. Les autorités espagnoles ont découvert le subterfuge et les deux espions furent expulsés manu militari. Ce n’est pas la première fois que les États-Unis se font épingler pour des faits d’espionnage qui ciblent des pays alliés.

Publicité

Il y a quelques années, le site Wikileaks a révélé que les services de renseignements américains ont espionné depuis 2004 les présidents français. Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande étaient sur écoute depuis Washington. Cela montre à quel point le renseignement américain peut se montrer efficace. L’Espagne à son tour vient de constater la portée du renseignement américain.

L’affaire n’a pas du tout plu aux autorités espagnoles, mais elles ont préféré gérer ça sans faire trop de bruit. Divers médias espagnols ont notifié que deux agents américains en poste à l’ambassade des États-Unis à Madrid sont impliqués dans le processus de recrutement des espions du Centre national du Renseignement (CNI). Les médias laissent entrevoir que le nombre de personnes impliqué pourraient être beaucoup plus important.

Pour le moment, les premières autorités américaines n’ont pas commenté l’affaire. Cependant, des sources concordantes affirment que la ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles, a convoqué l’ambassadrice des États-Unis pour demander des explications. La diplomatie ibérique s’est également mise en branle pour exprimer son mécontentement à Washington. Est-ce que cette affaire va brouiller les relations entre les USA et l’Espagne ?

Publicité

On remarque que les autorités espagnoles, malgré leur indignation, ont préféré jouer la carte de la discrétion. L’Espagne est l’un des plus fidèles alliés des USA en Europe. Au sein de l’OTAN, Madrid et les États-Unis travaillent en étroite collaboration. Quand le scandale des écoutes sur les présidents français a éclaté en France, l’Élysée avait aussi géré les choses en toute discrétion. Pour le moment, on ne sait pas exactement quels sont les genres de documents que les espions ont dérobés et fait acheminer aux USA. Mais compte tenu de leur caractère confidentiel, on imagine aisément que Madrid a été embarrassé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *