USA: la grosse bourde de Zelensky qui pourrait lui coûter très cher

Dans un contexte politique américain de plus en plus divisé, la récente visite du président ukrainien Volodymyr Zelensky aux États-Unis pour demander une aide supplémentaire a suscité des réactions mitigées. Alors que Zelensky s’est efforcé de renforcer le soutien américain face à l’offensive russe, ses commentaires et sa démarche ont déclenché une controverse significative. En particulier, sa suggestion que les critiques de l’aide américaine supplémentaire sont alignés avec les intérêts de Vladimir Poutine a été perçue comme une tentative de pression politique inappropriée.

En effet, le président Zelensky a affirmé que tous ceux qui ne voulaient pas apporter leur soutien à une aide américaine à l’Ukraine étaient des marionnettes du président russe Poutine. Une déclaration qui n’a pas plus à bon nombre d’élus américains pour qui si jamais l’aide était suspendue ce serait plutôt par manque de résultats de l’Ukraine.

Publicité

La position de Zelensky, exigeant 61 milliards de dollars supplémentaires pour l’Ukraine, a été vivement critiquée par le sénateur JD Vance. Vance, exprimant son indignation sur « The Ingraham Angle« , a qualifié la demande de Zelensky de « charade la plus honteuse » de sa première année au Sénat. Cette remarque faisait suite aux déclarations controversées de Vance la veille, suggérant que l’Ukraine devrait céder une partie de son territoire pour mettre fin à la guerre.

L’approche de Zelensky a également été remise en question en ce qui concerne ses relations avec les pays européens. Alors qu’il exigeait fermement plus de financement des États-Unis, il a été moins confrontant envers ses voisins européens. Cette attitude a soulevé des interrogations quant à l’équilibre de sa stratégie diplomatique.

Un manque de résultat

En outre, Vance a pointé du doigt le manque d’efficacité de l’offensive d’été ukrainienne, critiquant la dépendance croissante de l’Ukraine vis-à-vis de l’aide américaine. Il a exprimé ses inquiétudes quant à l’impact de cette dépendance sur les capacités de l’Ukraine à maintenir ses fonctions gouvernementales de base, craignant qu’elle ne devienne un « État client permanent des États-Unis ».

Publicité

Par ailleurs, le discours de Zelensky à Washington, dans lequel il alignait ceux qui sont inspirés par les problèmes non résolus au Capitole avec « Poutine et sa clique malade« , a été vivement critiqué. Cette rhétorique a été jugée comme une tentative de politiser l’aide américaine, créant un malaise parmi certains législateurs américains.

La visite de Zelensky intervient dans un contexte où de nombreux Républicains, y compris Vance, s’opposent à un paquet d’aide proposé par le président Joe Biden, qui inclut une aide pour l’Ukraine et Israël, ainsi que des fonds pour les opérations frontalières. Ces Républicains insistent pour que le financement soit conditionné à la mise en œuvre de politiques frontalières américaines plus strictes.

Dans ce climat politique complexe et souvent contradictoire, la position outrancière de Zelensky risque de saper son soutien aux États-Unis, un allié crucial pour l’Ukraine dans son conflit avec la Russie. Sa stratégie de communication, jugée trop agressive par certains, pourrait finalement lui coûter cher, tant sur le plan financier que diplomatique.

3 réponses

  1. Avatar de Alexandre
    Alexandre

    Zelinsky est un clown, cette aide ne servira rien car les russes maîtrisent le terrain et détruiront dans l’œuf tout offensive.. l’Ukraine doit cédé une partie de son territoire et tout le monde sera en paix.

  2. Avatar de TOSANGANAYEVSKY Agbon_non
    TOSANGANAYEVSKY Agbon_non

    Donnez l’argent, c’est tout. Il y a urgence. Nous ukrainiens avons pris le Dombass, puis, la Crimée, que voulez vous d’autres…
    Attention à vous nous on joue pas en Ukraine

    1. Avatar de Fonzy
      Fonzy

      Aussi péremptoire que ton maître. Tu n’as rien pris du tout, ni Crimée, ni Dombass. Allez, à la niche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *