Chine : cet allié des USA lutte pour réduire sa dépendance

Les superpuissances de la planète recherchent sans cesse de nouveaux partenaires afin de préserver leurs intérêts. Deux grandes superpuissances dictent actuellement le rythme de la marche du monde. Il s’agit des États-Unis et de la Chine. Les deux géants collaborent avec d’autres puissances pour assurer leur hégémonie. Historiquement, l’Australie est un grand allié des États-Unis. L’État continent entretient des liens privilégiés avec Washington.

Cependant, cela n’empêche pas l’Australie de tisser des liens économiques avec la Chine, grand concurrent des américains. Ces dernières années, le volume des échanges économiques entre Canberra et Pékin a explosé. L’Empire du milieu est tout simplement le premier partenaire commercial de l’Australie. 30% des exportations australiennes sont destinées au marché chinois. Pour réduire la dépendance de l’Australie vis-à-vis de la Chine, les premières autorités australiennes ont décidé de prendre les devants.

Publicité

Canberra veut notamment se rapprocher de manière significative des pays membres de l’Asean (Association des Nations d’Asie du Sud-Est). Il s’agit d’une alliance économique regroupant 10 pays que sont : l’Indonésie, la Malaisie, Singapour, la Thaïlande, les Philippines, le Brunei, le Vietnam, le Laos, la Birmanie et le Cambodge. L’alliance économique de l’Asean est tout simplement le cinquième bloc économique mondial.

L’on comprend mieux pourquoi l’Australie multiplie les initiatives pour se positionner sur ce gigantesque marché qui offre d’énormes potentialités. Le lundi 04 mars s’est ouvert le sommet Asean-Australie. Canberra a sorti le grand jeu pour séduire les différents représentants du bloc économique de l’Asean. Le premier ministre australien, monsieur Anthony Albanese a notifié que l’Australie souhaite investir 1,3 milliard de dollars sur le marché de l’Association des Nations d’Asie du Sud-Est.

« Le gouvernement que je dirige a été clair : l’avenir de l’Australie se trouve en Asie du Sud-Est, plus que dans n’importe quelle autre région » dira Anthony Albanese qui ajoute que les 1,3 milliard de dollars représente la plus « importante annonce concernant les liens économiques de l’Australie avec l’Asean en une génération ». L’Australie compte cibler de nombreux domaines pour tirer profit de ses investissements en Asie du Sud-Est.

Un accent particulier sera mis sur les aides à l’exportation et divers prêts afin de construire des infrastructures aéroportuaires et valoriser des projets d’énergies renouvelables. L’Australie, qui est extrêmement rigoureuse en ce qui concerne les modalités d’entrée sur son territoire, a décidé d’allonger à cinq ans la validité des visas d’affaires pour les voyageurs en provenance de l’espace Asean.

Publicité

Pour rappel, en 2022, le volume des échanges commerciaux entre l’Australie et les nations membres de l’Asean s’élevait à 178 milliards de dollars. Depuis quelque temps, l’Australie entretient des relations tendues avec la Chine sur un certain nombre de questions. Pour ne pas se retrouver les mains liées, Canberra prospecte d’autres partenaires pour préserver sa vitalité économique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité