Bénin : Couao-Zotti fait des propositions pour le retour des biens pillés par la France

Bénin : Couao-Zotti fait des propositions pour le retour des biens pillés par la France

Depuis l’ouverture de la procédure de demande de rétrocession du patrimoine culturel béninois confisqué par l’ancien colonisateur, la France oppose toujours un refus net.

Bras de Fer entre Bayrou et Edouard Philippe : premier couac de l’administration Macron

Couao-Zotti, l’écrivain béninois, par le canal de Jeune afrique, montre le chemin à suivre pour le retour effectif des biens.

La proposition de l’acteur culturel, le bénin doit engager des « négociations habiles » avec la France, avec une implication personnelle du président Patrice Talon et l’aménagement d’un espace adéquat pour accueillir les objets dérobés.

Une solution diplomatique

Couao-Zotti estime, qu’il faut trouver une solution diplomatique au refus de la France de retourner, à l’ancien Dahomey, ses biens culturels. « Ce dossier doit, en effet, bénéficier d’un déploiement de compétences à la fois diplomatiques, intellectuelles et culturelles ». Il s’agit d’effectuer une visite diplomatique en France où sont gardés les objets depuis les années 1900.

Une visite officielle du chef de l’Etat en France

Vu la particularité de cette requête, l’écrivain propose que le chef de l’Etat béninois se rende en France. Cette stratégie diplomatique comporte plusieurs avantages. « Un tel déplacement, présenté comme culturel, susciterait à coup sûr un fort retentissement médiatique, surtout si la communication émanant de Cotonou articulait sa demande avec un argumentaire conséquent ». Selon Couao Zotti, le président béninois devrait se faire accompagner des élites intellectuelles béninoises, à savoir : des professeurs d’histoire et d’anthropologie, qui feraient des communications au moyen d’une conférence.

Se faire accompagner des acteurs culturels béninois

Cette démarche, combien singulière, permettra de séduire les officiels français. La stratégie que propose Couao-Zotti serait plus bénéfique et concluante pour le Bénin, si cette visite diplomatique connait également la présence de plusieurs acteurs culturels comme les plasticiens, les écrivains, les chorégraphes, les comédiens… « Ces créateurs, qui font vivre dans leurs œuvres les éléments du patrimoine, constitueraient un atout supplémentaire pour la défense de cette cause. », confie Couao-Zotti. Tous, par leur talent, témoigneraient donc, de la nécessité de la repossession du patrimoine culturel dans « la construction de la mémoire collective et l’affirmation d’une identité commune. ».

Aménager un espace modeste

Pour atteindre son objectif, à en croire Couao-Zotti, la partie béninoise devrait prévoir un lieu pour abriter les biens. Paradoxalement au désir du gouvernement de construire un grand musée, l’écrivain suggère de faire un choix plus simplifié. Couao-Zotti : « Je militerais plutôt en faveur d’un lieu plus modeste, comme la restauration d’un bâtiment colonial – c’est un symbole –, en le reconfigurant aux normes muséales. ». C’est du moins, l’idéal à honorer, en vue d’esquiver l’argumentaire français selon lequel le Bénin ne dispose pas d’infrastructures conséquentes pour accueillir les objets.

Le retour des biens ne sera pas intégral

Toutefois, Couao-Zotti émet des réserves quant à la rétrocession totale des biens volés estimés à près de cinq mille objets. « Le Bénin, même s’il voyait son initiative couronnée de succès, ne pourrait recouvrer qu’une part infime de ses biens patrimoniaux. », trouve-t-il. Pour raison, il s’agit de trésors de guerre déportés en France après la conquête coloniale. Il donne notamment, l’exemple du trône de Gbêhanzin et des symboles de la royauté du Danxomè.

Négocier ou rien

Peu importe la légitimité de la revendication du gouvernement béninois, il n’obtiendra gain de cause qu’en privilégiant le dialogue avec la partie française.  « Seuls des négociations habiles et un lobbying constant pourront nous redonner accès à ces trésors confisqués. », a-t-il conclu.

Commentaires

Commentaires du site 6
  • Avatar commentaire
    Un compatriote 6 mois

    mes chers sœurs et frères,
    la voie diplomatique est assurément la meilleure mais il n’est nul besoin de faire déplacer nos élites dont les connaissances et le talent sont incontestables et mêmes reconnues en France.
    Je crois qu’il faut aller dans le sens d’une solution diplomatique à plusieurs paliers et à bénéfices partagés car la valeur économique de ce patrimoine est à prendre en considération.

  • Avatar commentaire
    Tchite' 6 mois

    Vous continuez de rever on dirait. La France a des rafales, vous avez encore des fleches des ancetres.

    Que pourra faire une fleche en face de rafale.

    Le seul language que la France comprend, c’est la beligerance bien sur. Mais le Benin dans son etat actuel d’importateur de tout, y compris des armes, ne pourra rien dans ce sens contre une france qui fabrique elle des armes. Pas de rapport de force donc.

  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON [ Emmanuel MACRON ] 6 mois

    MEME SI KEREKOU VOUS TRAITE D’INTELLECTUEL TA..RES , IL FAUT DEMONTRER LE CONTRAIRE .
    MAIS , LA TRISTE REALITE EST LA QUE LA PANTHERE NE CHANGERA JAMAIS SA PEAU COMME L’INTELLECTUEL BENINOIS SON ETOUR..DERIE LEGENDAIRE .
    LA NIAI..SERIE DANS CE TRAGI.COMI.QUE D’ARTICLE DE CUAO ZOTTI EST QU’IL PRECONISE DES SOLUTIONS IRREALISABLES CAR LA FRANCE NE LAISSERA JAMAIS QUITTER DE SON SOL LES BIENS VO..LES OU NON VO..LES .
    QUI ET QUEL PLACE AU BENIN PEUT ACCUEULLIR ET ABRITER SAINEMENT CES BIENS ?
    AU LIEU D’ECRIRE POUR DES SOLUTIONS AU PANIER DE LA MENAGERE DEJA APPAUVRI , COUAO ZOTTI SE MAS..TURBE AVEC LR BIC EN REVANT D’UN RETOUR IMPOSSIBLE DE CES OBJETS .
    SUREMENT LA FRANCE NOUS LA RETROCEDERA QUAND LA POULE DE YAYI BONI POUSSERA LES DENTS DE LAIT !

  • Avatar commentaire
    aziz 6 mois

    Moi…je préconise…une opération commando…en france

    On kidnappe…la bribri en plein paris…contre nos biens volés..

    macron..sera obligé..de négocier

    • Avatar commentaire
      aziz 6 mois

      Nos doyens du forum…napo,atakoun,sonagon avouahan….sautent..sur le palais de l’élysée…en deux trois mouvements…désarment la garde républicaine

      Agadjavi,sauvy,joe,toffa et frank…s’occupent de neutraliser..matignon…

      Amaury et ollah…enlevent..doucement..la bribri….

      Quant au sultan aziz…moi je serai tres bien caché..quelque part…

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 6 mois

    Frangin; laisse tomber. Nous préférons encore nos biens culturels dans les musées en France plutôt dans un hangar poussièreux au Benin .
    Les Béninois ont faim , ont besoin d’eau et d’électricité . De travail. Ne nous détournons pas des impératifs du moment . Cette affaire de biens culturels ne sert qu’à endormir nos compatriotes.
    Florent; quitte dans ça