Bénin : Un major en cavale après avoir détourné plus de 5 Millions FCFA

Bénin : Un major en cavale après avoir détourné plus de 5 Millions FCFA

Un major en service dans un centre de santé dans la commune de Houéyogbé a détourné plus de 5 millions de Francs Cfa. Recherché par les éléments de la gendarmerie de Doutou sur ordre du procureur général de Lokossa, il a pris la clé des champs grâce à la complicité d’une aide soignante.

Côte d’Ivoire : un village brûlé par des jeunes en colère

Les recettes des centres de santé de la zone sanitaire Comé-Bopa-Grand-Popo-Houéyogbé, sont tombées dans les mains de vils individus.

En effet, certains majors et chefs postes en service dans les formations sanitaires de cette zone, ont détourné collectivement les fonds issus des recettes de vente de médicaments et services rendus aux patients dans leurs centres de santé.

Sommés par la direction départementale de la santé, Huit (8) d’entre eux, ont remboursé les sous détournés. Mais le major du centre de santé d’Adromé a menacé ses collègues parce qu’ils ont remboursé les fonds détournés, et promet de ne jamais restituer la somme qu’il doit, soit 5.800.000 aux caisses publiques.

Suite à cette prise de position, le directeur départemental le de la santé du Mono, Dr Etienne Houkonnou,  a saisi la gendarmerie d’Adromè par une plainte. Le procureur général de Lokossa a donc à cet effet instruit les éléments de la gendarmerie d’Adromè, à arrêter le mis en cause pour fins d’enquête. Mais grâce à la complicité d’une aide soignante, ce dernier a pris la clé des champs.

Il est activement recherché par les éléments de la gendarmerie.

Commentaires

Commentaires du site 12
  • Avatar commentaire
    sonagnon Il y a 1 année

    Comment ce service est organisé et d’importantes sommes d’argent peuvent si facilement servirent à des fins personnelles???

    Il y a t il un coffre dans ce service??? Des procédures de contrôle et de mise en sécurité fiable des avoirs existent elles???

    Si des pratiques archaïques continuent dans l’organisation des services financiers, que personne ne s’étonne de la répétition de ces incidents.

  • Avatar commentaire
    Benin ma patrie Il y a 1 année

    Misère !

  • Avatar commentaire

    A l’image d’une frange de la société. On ne peux pas faire confiance sans un contrôle STRICT…Dommage

  • Avatar commentaire

    Dites tout simplement “Procureur” ou Procureur du TPI de Lokossa. “Procureur Général” c’est tout autre chose qui n’est pas du ressort du TPI de Lokossa

    • Avatar commentaire
      Jojolabanane Il y a 1 année

      Mon ami
      Il est fort possible de saisir directement le procureur Général qui a autant compétence sur les jurisdictions du premier degré que du second , étant lui-même le supérieur hiérachique du procureur de la république. Il lui incarne dès lors dans ce cheminement peu constant en la matière, d’intruire le procureur de la république à se saisir du dossier enterpris s’il le juge caractérisé.

      Dans la pratique, lorsque le ministre de la justice est saisi d’une affaire criminelle, l’instance à qui il donne des instructions d’ouverture d’une enquête est celle auprès du parquet général supervisé par le procureur général, qui à son tour, donne des instructions au procureur de la république.

      Tant que le cheminement de la plainte déposée n’est pas connu, il serait difficile de critiquer l’usage de (procureur général), étant entendu qu’autant le procureur général et le procureur de la république relèvent du ministère public.

      L’usage donc du procureur général dans cet article n’est pas 100% procéduralement sans fondement.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 1 année

    Une carrière, un nom, la liberté d’aller et venir, sacrifiés pour moins de 8.000 €. Quelle folie.