Affaire BBCOM : Le silence qui confirme l’acharnement politique

Affaire BBCOM : Le silence qui confirme l’acharnement politique

Dans le Quizz politique béninois, il va falloir apprendre désormais à relier le 4 avril au 2 août pour mieux décoder certaines décisions du Conseil des Ministres.

Dette de Bbcom à la Sbee: Issa Salifou s’explique

La décision de révocation de la Licence d’exploitation des fréquences GSM accordée à BBCOM en 2007, pour une durée de dix ans et prorogée de cinq ans supplémentaires, est un cas d’école.

En effet, au regard des éléments du dossier et surtout du mutisme pesant des acteurs ayant été à la fois juges et parties, il est plus qu’évident que l’ultime sanction infligée à BBCOM n’est autre que  la matérialisation des mesures de rétorsions contre le promoteur de l’entreprise ISSA Salifou, qui a dû avoir la « mauvaise inspiration » de contribuer à faire du 4 avril 2017 la journée sombre des réformes institutionnelles, en votant contre la prise en considération du projet de révision de la Constitution, projet phare du quinquennat de Patrice TALON.

Dès le 18 avril 2017, l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP), se manifeste par la première étape du mécanisme huilé devant aboutir à la « punition » du député téméraire. Pour le commun de l’opinion, tout semble cohérent. Et pourtant, ce dossier n’est rie d’autre qu’un cas typique d’acharnement politique, de règlement de comptes à l’encontre d’un député dont le seul tort est d’user librement de sa liberté dans notre pays se réclamant pourtant des « Etat de droit ».

Des compatriotes s’étonnent du ralliement à Patrice TALON et à son navire de la « Rupture » de certains sbires du régime YAYI. Mais les plus intelligents semblent en connaître les raisons profondes : s’offrir une tranquillité aussi bien dans leur vie quotidienne que dans leurs affaires. Car, ayant côtoyé pour la plupart Patrice TALON dans l’ombre de l’ère YAYI, et ayant eu, pour certains, accès à certaines pièces de l’épisode 2012-2013, ils savent combien l’homme d’affaires devenu Président de la République supporte mal d’échouer et surtout avec quelle ténacité il conduit ses processus de vengeance. De son côté, le député ISSA Salifou a préféré faire fi de cette épée de Damoclès  permanente pour affronter son destin et surtout assumer sa liberté. Ce faisant, il pousse consciemment ou non le Président Patrice TALON et son gouvernement à la faute.  Ainsi, dès le 18 avril 2017,  moins de quinze jours après l’échec cuisant infligé au projet présidentiel à l’Assemblée Nationale, sur fond de corruption dénoncée par la doyenne d’âge Rosine SOGLO, BBCOM, la seule entreprise d’ISSA Salifou que l’état de santé fragile exposait à une certaine vulnérabilité, reçoit le 1er signe des mesures de rétorsion : la sanction de l’ARCEP. Le sort de l’opérateur BBCOM lié à ISSA Salifou est ainsi scellé. Le rejet par l’ARCEP du recours formulé par l’opérateur ne pouvait qu’être anecdotique : le Gouvernement sait bien, par l’ARCEP qu’il a illégalement maintenu en place, que l’investisseur nigérian ayant racheté 90% des actions de BBCOM avait conditionné le payement de la transaction par le démarrage effectif de ses activités. Du coup, en révoquant la licence, Patrice TALON et son Gouvernement privent ISSA Salifou de la manne issue de la vente des 90% des actions qu’il détenait. La décision du Conseil des Ministres en sa séance du 2 août vient assouvir cette soif de vengeance. Mais règle-t-elle pour autant le problème ? Pas si évident car cette fois-ci les secrets sont dehors.

Le chantage comme mode de gouvernement

Ce dossier révèle au grand monde la méthode TALON et le peu de soucis qu’il a de la consolidation des bases de l’état de droit. Déjà le Président Boni YAYI le soupçonnait de « tenir » les institutions de la République par l’argent. Aussi, les épisodes « empoisonnement » et « tentative de coup d’Etat », même s’ils n’ont pas abouti à la manifestation de la vérité, ont-ils le mérite de monter un certain nombre de faits et gestes de Patrice TALON qui sont loin d’être en adéquation avec la morale.

Depuis son avènement à la magistrature suprême, il ne cesse de donner l’impression d’être plus à son service personnel qu’à celui de l’Etat. On se rappelle encore son « J’aviserai » par rapport à son éventuelle candidature en 2021, lui qui dans son discours d’investiture parlait encore de son « unique mandat ». Son échec à faire recevoir son projet de révision de la constitution a été plutôt perçu comme un défi à son pouvoir par des opposants qui devront ainsi payer pour leur forfait. Dès cet instant, il a abandonné toute posture dans laquelle il s’était muré au nom d’une prétendue « Rupture ». Il tombe le masque, ne reculant plus devant rien pour écraser tous ceux qui ont pu lui résister.

Ce sentiment, loin d’être une vue de l’esprit est partagée par les concernés. C’est ainsi que dans le montage grossier relatif à la perquisition au domicile de Léhady V. SOGLO alors maire de la ville de Cotonou, Mme Rosine SOGLO, sa maman, doyenne d’âge à l’Assemblée Nationale, déclarait qu’en réalité ce n’était pas Léhady qui était visé, mais elle. Tout simplement parce qu’elle avait dénoncé la corruption des députés avant le vote de prise en considération du projet de révision de la constitution, ce qui a dû jouer dans le rejet. Depuis lors elle savait qu’elle n’était plus en odeur de sainteté dans la sphère TALON. Ne pouvant s’attaquer directement à elle pour l’humilier, on s’en est pris au « maillon faible »… Tout est dit. Et dans le dossier BBCOM, le maillon faible c’est ISSA Salifou.

Mais ici, et en attendant que l’intéressé rompe le silence, il va sans dire que ce la démocratie béninoise est péril. Opérateur économique lui-même, ayant par ailleurs bénéficié des largesses des pouvoirs, Patrice TALON est décidé à mener la vie dure à tous les autres opérateurs dont il convoite les affaires ou qui lui résistent. Un acharnement sur fond d’abus de pouvoirs qui n’a rien de démocratique, mais qui semblent recevoir le consentement général, si on s’en tient au silence observé face à tous ces abus. Jusqu’où laissera-t-on aller TALON avant d’arrêter la saignée ? Avis à la société civile désormais dans « la sauce », et à tous ceux qui ne veulent pas que le Bénin devienne un Etat de règlement de comptes au sommet du pouvoir !

Sésé Mariani d’Almeida

(Collaboration extérieure)

Commentaires

Commentaires du site 4
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 4 mois

    De toute facon un Président qui devient menace pour les hommes d’affaire comme lui et pour tous ceux qui lui font allégeance a brisé Avec le pacte social et doit être chassé de là.

    c’est un devoir.

  • Avatar commentaire

    Messieurs, nous sommes en politique où les erreurs et les choix hasardeux se payent cash.
    Ceci étant dit, quelle est le mérite de Issa Salifou qui a laissé perecliter une entreprise potentiellement florissante qu’il a acquise pour des miettes? Il bénéficie d’un renouvellement frauduleux de sa licence la veille de la prestation de serment de Talon , ce qui suscite bien sûr des interrogations sur la légalité et la légitimité d’une telle décision. Mieux ou pire, quelle est la contrepartie financière payée à l’Etat pour obtenir cette decision? Decision scandaleuse, monnayé à coups de milliards après de Nigérians incapables de nous bâtir un réseau performant. …ça suffit, ces gens qui narguent les citoyens grace aux passes-droits. Avez-vous vous fait le compte de ses dettes envers lEtat et autres redevances sociales.?…Ne venez pas nous embobinez ici avec vos réflexions télécommandées au ras des pâquerettes. ….

  • Avatar commentaire
    Tonagnon 4 mois

    ça finira mal, très mal pour Talon et ses pantins de ministres