Affaires Atao Hinnouho : Le procureur Gilbert Togbonon présente les faits

Affaires Atao Hinnouho : Le procureur Gilbert Togbonon présente les faits

Le Procureur de la République, Gilbert Ulrich Togbonon a donné des clarifications au sujet de l’affaire dite faux médicaments qui défraye la chronique. Les grossistes s’approvisionnent consciemment en produits pharmaceutiques auprès du couple Atao.

Bénin – Affaire Atao Hinnouho : L’ordre des pharmaciens veut porter plainte contre X

La sortie du procureur de la République, Gilbert Ulrich Togbonon sur l’affaire des faux médicaments ce vendredi a permis de situer les citoyens. Pour cette affaire qui oppose l’honorable Atao Hinnouho et sa femme à la justice, plusieurs grossistes répartiteurs ont été déposés en prison.

Hier vendredi 23 février 2018, le procureur de la république fait savoir qu’il a instruit ses services compétents aux fins de procéder à une ouverture d’informations. Ceux-ci ayant infiltré le système, ont pu accéder à plusieurs magasins avec une saisine de plus de cent cinquante et une tonne de médicaments et réactifs de même que des documents.

« Les conditions de conservation de ces produits ne respectent aucune norme sanitaire exigée pour la conservation de ces genres de produit en République du Bénin… », précise le procureur.

Il a également notifié que Atao Mohamed Hinnouho et son épouse Salamatou Karimou sont aussi en relation d’affaires avec le laboratoire NEW CESAMEX dont le représentant vit à leur domicile et dont les médicaments se retrouvent aussi dans les magasin en cause.

 « L’analyse des documents révèle que plusieurs sociétés sans existence légale, fournisseurs de médicaments non autorisés par le ministère de la santé et inconnu de l’Agence de promotion des investissements et des exportations Atao Fall, Atao Sarl, St Joseph Sarl… et l’agence de représentation pharmaceutique font  livraison de médicament aux hôpitaux, centres de santé, clinique et autres », fait savoir le magistrat.

Il a rappelé que les grossistes tels que la Centrale d’achat des médicaments essentiels (CAME), UBPHAR, PROMOPHARMA, GAPOB et UBIPHARM font régulièrement des approvisionnements en médicaments et réactifs auprès des nommés Karimou Salamatou, et Atao Mohamed Hinnouho, de façon consciente sachant que ces derniers ne sont ni pharmaciens ni grossistes.

Selon les propos de Gilbert Togbonon, les grossistes entrent en possession de leur commande de leurs commandes en moins de vingt quatre heures auprès du laboratoire NEW CESAMEX basé au Congo Kinshasa. Par contre, « les statistiques sur les importations élaborées par les services de Douane et droits indirects ne mentionnent aucune importation de médicaments par New Césamex basé au Congo Kinshasa de 2012 à 2017, pourtant plusieurs tonnes de médicaments de ce laboratoire sont saisis dans les entrepôts de Atao et Salamatou… », a affirmé le procureur.

Ce développement du procureur montre que les mis en cause ont mené leurs activité en violation des réglementations en vigueur au Bénin.

Commentaires

Commentaires du site 8
  • Avatar commentaire

    Pauvre pays !!!
    Le procureur pense t-il que les pharmaciens grossites vont fuir dans une malle de 504 comme un certain Talon?
    POurquoi les maintenir en prison ?
    Notre nouveau Robin des bois veut enclencher la lutte contre le “fayawotisme” ?
    On n’est pas contre…
    Qu’il interroge donc la vice presidente du PRD , dame Ibatou…
    Qu’il reconcilie les importations declarees d’engrais depuis 1991 et la consommation d’engrais -ne serait ce que pour le coton- et aille interroger les imortateurs d’engrais comme Talon !
    Au fait a-t-il les rapports d’audit des conditions de conservation des medicaments dans les laboratoires qui fournissent directement les medicaments aux grossites ? Dans les labos, au port, dans les entrepots ?

    Une justice instrumentalisee n’a aucune credibilite…
    Que ce procureur se souvienne des Gbenameto …

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 8 mois

    Ce procureur à la solde de djogbenou et son mentor est bien rigolo . Ceux qu’il jette injustement en prison sur instruction , ont tous des garanties de représentation, peuvent payer des cautions , et l’embaucher dans leur service respectif , en le payant mieux que ne le fait l’état .
    Talon , djogbenou , et vos klebés d’exécutants , vous allez tous le payer , et cherchèrent .
    Vous allez bientôt apprendre que talon a une société en embuscade qui va prendre bientôt , en monopole le circuit de l’importation et distribution des médicastres au benin , comme il le fait pour le coton , les noix de cajous, les marchandises ( pvi ) etc etc 

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 8 mois

    Ce procureur est quand même bizarre: Dire que les mis en cause jouissent de la présomption d’innocence tout en les mettant Sous depot-mamdat et en les jetant en prison est un cynisme qui n’a pas de pareil.

    Ailleurs et partout, nul n’est jeté en prison sans jugement, aussi longtemps qu’il présente la représentativité nécessaire, c’est à dire avoire une résidence et une Adresse.

    Pourquoi les béninois doivent être traîtés autrement. Ne sont ils pa des être humains comme tout autre.

  • Avatar commentaire

    prenons le cas d’un propriétaire de station service qui ne s’est jamais appprovisionné dans le marché noir de Kpayo et un jour par malchance il va s’approvisionner et est surpris.C’est toutes ses années de confiance dans ce domaine qui sont balayées.

  • Avatar commentaire

    cette affaire de faux médicaments ressemble bien à ce qui se pense sous nos yeux:la vente de l’essence frelaté dit Kpayo. Tout le monde sait que le Kpayo se vend à la station au nigeria mais les conditions de conservation ne sont pas idoines et on enfrain la loi tous les hours dans ce domaine. Et le jour où l’Etat va s’impliquer de gros bonnets seront arrêtés.Trop de légerté dans Notre pays

  • Avatar commentaire
    Sonagnon Il y a 8 mois

    Moi je ne cherche pas à défendre ATAO, il doit tout simplement répondre devant la loi!!!

    Seulement ce procureur n’est pas crédible!!!

    Ses manœuvres pour emprisonner METONGNON fait que pour moi, on ne peut plus avoir confiance ni en sa personne, ni en la justice sous Patrice TALON.

  • Avatar commentaire

    Ont ils payé les taxes avant que le produit n atterrissent au benin? Si oui monsieur le procureur rentrez à la maison