USA : une juge autorise une plainte contre Donald Trump pour harcèlement

USA : une juge autorise une plainte contre Donald Trump pour harcèlement

Donald Trump pourrait avoir à rencontrer les avocats de Summer Zervos, une femme l'accusant de harcèlement sexuel.

Conflit israélo-palestinien : Mahmoud Abbas préfère Poutine à Trump

Mardi 20 mars, une juge de New York a en effet décidé de qualifier une nouvelle plainte pour harcèlement sexuel à l’encontre de Donald Trump de recevable. En effet, Summer Zervos, ancienne candidate de l’émission téléréalité The Apprentice, a assuré avoir rencontré l’actuel président des États-Unis alors qu’il animait cette fameuse émission. Celui-ci l’aurait ensuite embrassé de force dans ses bureaux new-yorkais en 2007, avant d’avoir des gestes déplacés après une rencontre fortuite dans un hôtel de Beverly Hills.

Il s’agit ici d’un véritable camouflet pour Trump. En effet, afin de se justifier, la juge Jennifer Schecter, membre de la Cour Suprême de Manhattan, a assuré que personne n’était au-dessus des lois. Incompétente pour classer ou rejeter la plainte au motif que celle-ci visait directement le président américain, celle-ci l’a donc jugé recevable. Une décision qui devrait – a priori – obliger Trump à répondre aux questions des avocats de Summer Zervos. Une nouvelle histoire qui met en lumière les comportements déplacés du président des États-Unis.

Bien entendu, du côté de la Maison-Blanche, on assure que ces accusations sont mensongères. Cependant, cette histoire n’est pas un cas isolé. En effet, le président américain aurait eu une liaison avec Karen McDougal une ancienne playmate, modèle posant pour le magazine érotique Playboy, et ce, durant dix mois, entre 2006 et 2007. Or, afin de ne pas être « dérangé » par ces révélations, le milliardaire a fait racheter l’histoire par l’entreprise American Media. Résultat, celle-ci est actuellement sous clause de confidentialité. Subissant des pressions et menaces à son encontre, notamment de la part e l’équipe légale du président Trump, McDougal a officiellement demandé qu’elle soit libérée de cette clause afin de parler, le plus librement du monde.

Des affaires qui s’entassent pour le président américain, qui semble être de plus en plus acculé.

Commentaires

Commentaires du site 0