Guerre commerciale USA – Europe : Harley-Davidson première victime, Trump surpris

Guerre commerciale USA  – Europe : Harley-Davidson première victime, Trump surpris

La guerre commerciale entre les Etats-Unis et l'Europe vient de faire sa première victime du côté américain : la légendaire firme de moto Harley-Davidson.

Vladimir Poutine veut rencontrer Trump, mais sous conditions

Pour rappel, le président américain Donald Trump avait décidé à la surprise générale de taxer l’acier et l’aluminium européen mais aussi mexicain et chinois. Une décision qui a poussé l’Europe à taxer un certain nombre de produits américains dont les motos Harley-Davidson, mais aussi les jean Levi Strauss ou encore le bourbon. Les taxes des motos Harley-Davidson vont donc passer de 6% à 31% en Europe. Une situation intenable pour l’entreprise née il y a près de 115 ans qui s’est résolue à délocaliser une partie de sa production en Europe pour échapper à ces taxes.

Il faut dire que le choix de l’Europe n’est pas anodin. Certaines entreprises sont ciblées pour l’importance que représente le marché européen pour elles, mais aussi, dans certains cas, parce qu’elles sont installées dans des régions favorables au président américain. Toute difficulté devrait donc être durement ressentie par les partisans du président Trump.

Trump se dit surpris

L’annonce de la délocalisation d’une partie de la production d’Harley-Davidson a surpris le président américain. C’est ce qu’il a lui-même affirmé dans un tweet rendu public il y a quelques heures:

« Surpris que parmi toutes les entreprises, Harley-Davidson soit le premier à agiter le drapeau blanc. Je me suis battu dur pour eux (…) Les taxes douanières ne sont qu’un prétexte. Harley – soyez patient! » a entre autres affirmé M. Trump.

Il faut également dire que la décision de l’entreprise américaine a donné du grain à moudre aux détracteurs du président Trump. Dans son propre camp, plusieurs personnalités dont le sénateur républicain Ben Sasse et le leader des républicains à la Chambre des représentants Paul Ryan ont critiqué la mesure du président américain affirmant que cela ne marcherait pas et créerait plutôt des problèmes aux entreprises américaines et par ricochet aux citoyens américains.

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Tournon jj-tournon@laposte.net www.lepeintureurecolo.fr Il y a 2 mois

    Les jeux sont fait rien ne vas plus. La suite nous réserve bien des surprises. Les entreprises doivent s’adapter ou disparaitre c’est simple, quand les règles changent et bien il faut changer ou disparaitre. Ce qui nous donne un avant-goût de notre évolution quand certain métaux deviendront trop rares donc trop cher.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 2 mois

    aux USA ils ont à leur tête un grand **** , au benin on a un petit ****

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 2 mois

    C’est curieux qu’à ce niveau, avec son expérience des affaires cet homme (TRUMP), n’ait pas intégré qu’en affaires, lorsque les parties sont de forces comparables et dominantes, un accord vaut mieux qu’un conflit direct.

    Le seul résultat à espérer de ce qu’il fait ce sont des dommages mutuels qui profiteront à un 3ème larron..