Francophonie : Des anciens ministres français s’opposent à la candidate du Rwanda

Francophonie : Des anciens ministres français s’opposent à la candidate du RwandaLouise Mushikiwabo, ministre des Affaires étrangères du Rwanda

Ce n'est plus un secret. Louise Mushikiwabo, la ministre des Affaires étrangères rwandaise se porte candidate pour prendre la tête de l'Organisation Internationale de la Francophonie. Si la France soutient officiellement sa candidature, des voix s'élèvent pour s'opposer à la volonté du Président Macron qui a affiché son choix.

A la foire africaine de la démocratie

La candidature de Louise Mushikiwabo, ministre des Affaires étrangères du Rwanda, proche du Président Paul Kagame pour prendre la tête de l’organisation internationale de la Francophonie ne fait pas l’unanimité en France. En effet, quatre anciens ministres français qui avaient à leur charge les questions de développement et de la francophonie ont démontré dans une tribune publiée sur le site de “Le monde” pourquoi la candidature africaine portée par la ministre des affaires étrangères du Rwanda n’était pas la bienvenue. Selon eux, le choix de cette figure politique du Rwanda « porte atteinte à l’image même » de la France.

Soutien de la France

Les quatre anciens ministres français chargé de la francophonie et du développement ne sont pas allés du dos de la cueillère.

Charles Josselin, Pierre-André Wiltzer, Hélène Conway-Mouret et André Vallinin puisque c’est d’eux qu’il s’agit, ont critiqué ouvertement le choix du Président Macron qui a annoncé il y a quelques mois en présence du Président Rwandais Paul Kagame en visite de travail, que la France allait soutenir la candidature africaine, celle de Louise Mushikiwabo. 

Une candidature mal venue

Les quatre ministres français ont motivé leur opinion à travers plusieurs points fondamentaux. A les en croire, le choix du Président Macron porté sur la candidate Louise Mushikiwabo à la tête de la francophonie risque de détériorer les relations entre la France et son partenaire important de la Francophonie, le Canada.

Par ce choix, une bataille pourrait éclater avec le Canada, partenaire stratégique de la France, dans un contexte où les deux pays devraient se donner la main pour faire face aux dérives du Président américain qui a posé les bases d’une guerre commerciale contre ses propres alliés. D’un autre côté, il critique la “conception d’un autre âge” qui consiste à imposer une candidature aux africains.

Si la France pense que l’OIF doit être dirigée par un Africain, laissons les Africains eux-mêmes en décider et ne choisissons pas à leur place. Cette attitude paternaliste va à l’encontre des engagements pris devant la jeunesse africaine à Ouagadougou“, ont écrit les ministres dans leur tribune.

Pour finir ceux ci ont critiqué le fait que la décision du Président Macron a été prise sans recueillir au préalable l’avis des principaux partenaires de l’OIF.

Commentaires

Commentaires du site 13
  • Avatar commentaire

    Fidèles à eux-mêmes ces français!!! Que la ********************** ! Que ces anciens ministres aillent se faire foutre avec leurs avis à deux balles!
    On s’en fout de Macron et son soutien… Tout cela est de la faute des ******** dirigeants africains qui se comportent encore comme des ********** envers ces colons ***************!

  • Avatar commentaire

    Les français sont comme ça….mais vous verrez d’ici là

    • Avatar commentaire

      Dommage que Macron continue à montrer son ignorance. Pourquoi se porte-il comme un aventurier à la tête d’une puissance comme la France. Comment préférer le Rwanda au lieu du Canada. Il a peur de quoi? A-t-il oublié que la maison du Centre Culturel franco-rwandais a été détruite par ce dictateur de Kagame pour montrer aux français que le Rwanda ne veut pas de leur langue? Macron, c’est ridicule.

  • Avatar commentaire

    Pour moi , toute extension de l’influence du Rwanda de Kagame est un recul pour la democratie et le progres social en Afrique.
    La francophonie en tant qu’institution m’importe peu.
    Mais que le dictateur rwandais s’en serve pour etendre son influence et promouvoir le modele dictatorial qu’il incarne est nocif 

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 2 semaines

    Pour le Secrétariat Général de l’OIF, je pense que les carottes sont cuites pour l’actuelle titulaire du poste. KAGAME qui a le vent en poupe sur le continent, soutient sa compatriote et fait campagne pour elle.

    Le choix de MACRON est purement stratégique: l’objectif est d’accélérer la reprise des relations avec KAGAME pour reprendre pied dans la région. Les Ministres français qui s’y opposent ont une position “old school” qui pense que la France a encore les moyens de s’opposer frontalement et de dicter ses choix sans manœuvrer.

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon Il y a 2 semaines

      “Qui POSTULE que la France a encore les moyens…”

      • Avatar commentaire

        C’est difficile…de le dire..!!

        depuis que le général..allemand…guoudérian…à tallé en pièce la france..dans les ardennes…et foncé sur paris…

        Dis je la france a perdu de son aura..

        l’époque napoléonne c’est du passé..

        et pourtant..j’aime la france..l’un des pays les plus généreux du monde…

        Pour moi l’avenir de la france…est en afrique..si elle veut compter parmi les grandes puissances

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 2 semaines

    “….pays Africain, ayant…changer la langue…imposée par le colonisateur”Rien n’est plus faux: il a changé simplement de sponsor.

    Comme le Vietnam, le Cambodge, le Rwanda a changé de langue. C’est la marque de la décision de son sponsor et du fait que historiquement les ténors du FPR ont grandi et évolué en pays anglophone (Ouganda, Tanzanie). Rien de plus.

  • Avatar commentaire

    Ce qu’ils ignorent c’est que la Francophonie ne se limite plus seulement au rôle de la France en Afrique, ou dans ses colonies, mais plutôt à des pays qui ont une même langue en partage et qui doivent aussi travailler à (pour) leurs propres intérêts sans le contrôle permanent de la France.

    Malgré tout, leurs réactions n’étonnent pas, car le Rwanda est jusqu’à ce jour, le seul pays Africain, ayant réussi à changer la langue à lui imposée par le colonisateur et ayant réussi à domestiquer avec succès nombreuses de ses industries, ainsi faisant moins profiter le colon.

  • Avatar commentaire
    The Atlantean Il y a 2 semaines

    Les français ne l’accepteront pas, car le Rwanda a basculé dans la zone Anglophone, et la France n’aimerait pas un tel affront.

  • Avatar commentaire

    N’importe quoi..! Le Rwanda aujourd’hui anglophone vient dans le but de diriger la francophonie sous la bannière africaine. Et nous sommes d’accord..! Mais quand allons-nous commencer à nous respecter nous mêmes en Afrique. Dans tout les pays francophones en Afrique nous n’avons trouvé aucun pays pour ça. Et nous faisons recours à un pays du Commonwealth pour diriger la francophonie. Honte à l’Afrique et à la France..! 

  • Avatar commentaire
    Rochereau Il y a 2 semaines

    Nous supportons la candidature africaine à la tête de l’OIF, notamment la ministre des affaires étrangères au Rwanda. Vive le Rwanda à la tête de cette organisation.