Diplomatie : tension entre la Russie et les Pays-Bas

Diplomatie : tension entre la Russie et les Pays-BasPhoto AP

La Russie fait fréquemment l'objet d'accusation de piratage informatique et d'espionnage par des pays étrangers, notamment les États-Unis. 

Russie : le président chinois félicite Vladimir Poutine

il y a quelques jours, la Grande-Bretagne accusait les Russes d’avoir mené des cybers attaques contre de nombreuses institutions internationales. Tout récemment, ce sont les Pays-Bas qui ont accusé Moscou d’avoir voulu pirater  l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) qui a son siège à la Haye.

C’est ainsi qu’Amsterdam vient d’expulser quatre présumés espions russes, qui avaient positionné un véhicule rempli d’équipements électroniques sur le parking d’un hôtel, proche du siège de l’institution internationale.

Cette tentative de piratage présumée a eu lieu au cours du mois d’Avril, alors que l’OIAC investiguait sur l’empoisonnement de l’ex-agent double russe Sergueï Skripal en Angleterre et sur une attaque chimique présumée dans la ville de douma en Syrie. Attaque, qui selon les Occidentaux serait l’oeuvre du régime de Damas qui est soutenu par les Russes.

Les autorités russes ont très vite réagi. Ils estiment que les responsables néerlandais n’ont aucune preuve qui montre que des espions russes ont tenté de pirater le siège de l’OIAC en Avril.

Ce lundi, le ministre des affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, lors d’une conférence de presse commune avec son homologue italien, a déclaré: “Il n’y avait rien de secret dans le voyage de nos spécialistes aux Pays-Bas. C’était un voyage de routine. Ils ne se sont pas cachés lorsqu’ils se sont installés à l’hôtel (…) Ils se sont fait arrêter sans explications. Cela avait l’air d’être un malentendu” 

Les relations entre la Russie et les Pays-Bas risquent de se tendre un peu plus dans les jours à venir, car les autorités russes ont fait savoir que l’ambassadeur néerlandais à Moscou était convoqué lundi au ministère des affaires étrangères pour aborder cette affaire.

Commentaires

Commentaires du site 0